Continue
De Art poétique (1674) van N. Boileau, Franse tekst, uitgegeven door Vaillant, Gosse en De Hondt, Den Haag 1722. De éclaircissemens historiques zijn hier niet opgenomen.
Gebruikt exemplaar: UBL 191 E 27; BCU Lausanne AZ 3031 : 2.
Vertaling in het Nederlands door A. Gobels (Amsterdam, Gerrit Bom, 1768). De inleidende beschouwingen en gedichten zijn hier niet opgenomen.
Gebruikte exemplaren: UBL 1205 A 12; KBH 761 C 2.
Gobels vertaling is vers-voor-vers, en daardoor geschikt voor een parallel-editie.
Zie ook de vertaling van Cammaert, UB Gent BL 6638.
Uitgegeven op 31 januari 2005 door dr. A.J.E. Harmsen,
Opleiding Nederlands, Universiteit Leiden.
Continue

OEUVRES
DE
NICOLAS BOILEAU
DESPRÉAUX,
AVEC DES
ECLAIRCISSEMENS
HISTORIQUES,
DONNEZ PAR LUI-MEME.

Nouvelle Edition revuë, corrigée & augmentée.
Enrichie de FIGURES gravées
Par BERNARD PICART le Romain.
TOME SECOND.

[Vignet: typografisch ornament].

A LA HAYE,
Chez { ISAAC VAILLANT,
PIERRE GOSSE,
PIERRE DE HONDT.
MDCCXXII.
Avec Privilege de N.S. les Etats de Hollande & de West-Frise.

DE
DICHTKUNDE
VAN DEN HEERE
NICOLAAS BOILEAU
DESPRÉAUX,

IN EEN GELYK GETAL VAN
NÉDERDUITSCHE VAERZEN
OVERGEBRAGT
door A.G.

[Vignet: Studio & Labore].

Te AMSTERDAM.
By GERRIT BOM, Boekverkooper,
MDCCLXVIII.

Continue

L’ART POËTIQUE.

CHANT PREMIER.

C’EST en vain qu’au Parnasse un téméraire Auteur
Pense de l’Art des Vers atteindre la hauteur.
S’il ne sent point du Ciel l’influence secrète,
Si son Astre en naissant ne l’a formé Poëte,
(5) Dans son génie étroit il est toujours captif.
Pour lui Phébus est sourd, & Pégase est rétif.
Vergeefsch is ’t als een Geest vol roekeloosheid waant,
Dat hem naar PINDUS tòp den toegang is gebaand;
Zo niet een Hémelgloed hem heimlyk doet ontvonken,
En zyn Geboortestar hem ’t Dichtvuur heeft geschonken:
(5) Zyn lòg vernuft houd hem gekluisterd en bezwaard;
Voor hem is PHE’BUS doof, en PE’GASUS vervaard. (a)
[(a) HORATIUS de Arte Poët: Vers. 385.]
    O vous donc, qui brûlant d’une ardeur périlleuse,
Courez du bel Esprit la carrière épineuse,
N’allez pas sur des Vers sans fruit vous consumer,
(10) Ni prendre pour Génie un amour de rimer.
Craignez d’un vain plaisir les trompeuses amorces,
Et consultez long-temps votre esprit & vos forces.
    Gy dan, die door een Vuur, zo vol gevaars, aan ’t blaaken,
In ’t doornig Lètterperk U zoekt een’ Naam te maaken,
Verteert U-zèlven niet op Vaerzen, zonder vrucht,
(10) Maar schift den Dichtgeest wel van enk’le Rymelzucht.
Wilt voor ’t bedrieglyk Aas van ’t schynvermaak U wagten,
En wikt en weegt op ’t naauwst Uw’ Geest en Uwe Krachten. (a)
[(a) HORATIUS de Arte Poët: Vers. 38.]
    La Nature fertile en Esprits excellens,
Sait entre les Auteurs partager les talens.
(15) L’un peut tracer en vers une amoureuse flamme:
L’autre, d’un trait plaisant aiguiser l’Epigramme.
    Natuur, die mild verschòt van eed’le Geesten teelt,
Heeft ieder Schryver ook afzonderlyk bedeeld:
(15) d’Een schetst in Vaerzen ’t best de kracht der Liefde-schichten;
Een Ander, snaaks van aart, spitst Punt- en Hékel-Dichten;
Malherbe d’un Heros peut vanter les Exploits;
Racan, chanter Philis, les Bergers & les Bois.
Mais souvent un Esprit qui se flatte, & qui s’aime,
(20) Méconnoit son Génie, & s’ignore soi-même.
MALHERBE zingt de daân van een’ doorluchtig Held;
RACAN zingt Philis lòf, de Hèrdren, Bosch en Veld.
Maar die door d’Eigenmin zich dwaas in slaap laat wiegen,
(20) Zal in de keus van Stòff; zich ménigwerf bedriegen.
Ainsi, Tel autrefois, qu’on vit avec Faret
Charbonner de ses vers les murs d’un cabaret,
S’en va mal à propos, d’une voix insolente,
Chanter du Peuple Hébreu la fuite triomphante;
(25) Et poursuivant Moïse au travers des déserts,
Court avec Pharaon se noïer dans les mers.
Zo ging HY(b), die welëer, met zynen Vriend FARET,
[(b) ST. AMANT, Schryver van de MOÏSE SAUVE’]
De Wanden van een Kroeg met Vaerzen had besmet,
Vermétel, ongepast, met tròtsch gezwets verhaalen,
Hoe Mozes en zyn Vòlk al vlugtend zeegepraalen;
(25) Dòch dóór de Woesteny vervòlgende Isr’els Heir,
Stort hy met Pharô neêr in ’t diepste van het Meir.
    Quelque sujet qu’on traite, ou plaisant, ou sublime,
Que toujours le Bon Sens s’accorde avec la Rime.
L’un l’autre vainement ils semblent se haïr;
(30) La Rime est une esclave, & ne doit qu’obéïr.
    Wat Onderwèrp ge ook kiest, òf vrólyk, òf verhéven,
’t Goed-Oordeel zy de Rym steeds tòt Gezèl gegeeven.
Hun tégenstrydigheid bestaat in enk’len schyn;
(30) De Rym is een Slavin, en moet slechts dienstbaar zyn.
Lorsqu’à la bien chercher d’abord on s’évertuë,
L’esprit à la trouver aisément s’habituë.
Au joug de la Raison sans peine elle fléchit
Et loin de la gêner, la sert & l’enrichit.
Zo ge om haar nâtegaan U vlytig wilt verbinden,
Dan word Uw Geest gewoon haar ligtelyk te vinden;
Zy buigt zich ligt voor ’t Juk van Réden en Beleid,
En verr’ dat zy haar prang’, zy dient tot heerlykheid.
(35) Mais lors qu’on la néglige, elle devient rebelle;
Et pour la rattraper, le Sens court après elle.
Aimez donc la Raison. Que toujours vos Ecrits
Empruntent d’elle seule & leur lustre & leur prix.
(35) Dòch als men ze eens verzuimt, dan muitziek en verbòlgen.
Doet zy den Zin en Styl haar dwaalend Voetspoor vòlgen.
Bemint de Réden dan: dat altoos Uw Gezang
Van haar-alleen zyn’ glans, zyn Waarde en licht ontvang’.
    La plûpart emportez d’une fougue insensée,
(40) Toujours loin du droit sens vont chercher leur pensée.
Ils croiroient s’abaisser dans leurs Vers monstrueux,
S’ils pensoient ce qu’un autre a pu penser comme eux.
    De meesten, dwaas belust hunn’ Leez’ren te verkloeken,
(40) Gaan verr’ van d’echten Zin hunn’ styl en Denkbeeld zoeken;
’t Waar voor hen veel te Laag zo ’t Monster-teelend Dicht
Een Denkbeeld hadd’ gebaard naar elks verstand gericht.
Evitons ces excès. Laissons à l’Italie
De tous ces faux brillans l’éclatante folie.
(45) Tout doit tendre au Bon Sens: mais, pour y parvenir,
Le chemin est glissant & pénible à tenir.
Pour peu qu’on s’en écarte, aussi-tôt on se noie.
La Raison, pour marcher, n’a souvent qu’une voie.
Men myde dit gebrek. ITALIE, in spyt der Réden,
Pronk’, door dit Klatergoud, met dwaaze Uitmuntendhéden.
(45) ’t Goed-Oordeel blyve Uw Baak: maar kent ook ’t rechte Pad:
De Weg die derwaarts leid is moeijelyk en glad.
Eén enk’le stap ter Zy’ doet gantsch het Spoor verliezen.
De Réden heeft veeltyds maar éénen Weg te kiezen.
    Un Auteur, quelquefois trop plein de son objet,
(50) Jamais sans l’épuiser n’abandonne un sujet,
S’il rencontre un Palais, il m’en dépeint la face.
Il me promène après de terrasse en terrasse.
Ici s’offre un perron; là règne un corridor;
Là ce balcon s’enferme en un balustre d’or.
    Een Schryver die te veel zyn Vóórwerp gade slaat,
(50) Heeft alles uitgeput eer hy zyn Stòff’ verlaat.
Ziet hy een schoon Paleis, hy zal de Gével maalen.
Voorts wandelt hy met my van d’eene in d’and’re Zaalen.
Hier is een Gang, een Stoep; dáár toont zich ’t Middenperk;
Wat vèrder een Balkon met goud Pilasterwerk.
(55) Il compte des plafonds, les ronds & les ovales.
Ce ne sont que Festons, ce ne sont qu’Astragales.
Je saute vingt feuillets pour en trouver la fin;
Et je me sauve à peine au travers du Jardin.
(55) Hy telt in het Gewelf de Ronden en Ovaalen.
’t Zyn overäl Festons, en rondöm Astragaalen. (a)
[(a) Vaers van SCUDERY in zyn ALARIC.]
’k Zoek twintig Bladen vèr naar ’t eind’ van déze Stòff;
En naauwlyks raak ik vry door ’t midden van den Hòf.
Fuyez de ces Auteurs l’abondance stérile;
(60) Et ne vous chargez point d’un détail inutile.
Tout ce qu’on dit de trop est fade & rebutant:
L’esprit rassasié le rejette à l’instant.
Qui ne sait se borner ne sut jamais écrire.
Den schraalen overvloed dier Dicht’ren moet gy myden;
(60) En nooit een beuzeling in Uw Beschryving lyden.
Alle overtòlligheid is walgchelyk en laf:
De reedsverzaade Geest keurt haar onmidd’lyk af.
[HORATIUS de Arte Poët. Vers 335.]
Wie geen bepaaling kent wist nimmer wel te schryven.
Souvent la peur d’un mal nous conduit dans un pire.
(65) Un vers était trop foible, & vous le rendez dur.
J’évite d’être long, & je deviens obscur.
L’un n’est point trop fardé; mais sa Muse est trop nuë.
L’autre a peur de ramper, il se perd dans la nuë.
De vrees voor kwaad doet vaak een erger Kwaad bedryven.
[HORATIUS de Arte Poët. Vers 31.]
(65) Een Vaers schyne u te zwak, bewèrkend’ maakt gy ’t had.
Ik myde een’ langen styl, ’k word duister en verward.
d’Een doet niet opgesmukt, maar náákt zyn Nimph verschynen.
En Hy, die ’t kruipen vreest, gaat boven ’t Zwerk verdwynen.
Voulez-vous du public mériter les amours?
(70) Sans cesse en écrivant variez vos discours.
Un stile trop égal & toujours uniforme,
En vain brille à nos yeux, il faut qu’il nous endorme.
On lit peu ces Auteurs nez pour nous ennuïer,
Qui toujours sur un ton semblent psalmodier.
    Tracht gy naar liefde en Lòf van Vòlk en Hoveling?
(70) Verçiert dan steeds Uw’ Styl met veel verändering.
Een schraale Rèdentrant, éénvòrmig van Gedachten,
Blinkt ons vergeefsche in ’t oog; de Slaap zal ons verkrachten.
Men leest geen Schryver meer die staâg verdrietig teemt,
En wiens ééntoonig Stuk naar Capuçynszang zweemt.
    (75) Heureux, qui dans ses Vers sait, d’une voix légère,
Passer du grave au doux, du plaisant au sévère!
Son Livre, aimé du Ciel & chéri des Lecteurs,
Est souvent chez Barbin entouré d’acheteurs.
    (75) Gelukkig, die in Dicht zich ligtlyk kan begeeven
Van ’t Lieffelyke op ’t Straff’, van ’t Luchtige op ’t Verhèven!
Zyn Werk, met ’s Hémels liefde en ’s Leezer’s gunst bestraald,
Word by BARBIN [Toenmaals Boekverkooper], om stryd, door Koop’ren áfgehaald.
    Quoique vous écriviez, évitez la bassesse .
(80) Le stile le moins noble a pourtant sa noblesse.
Au mépris du Bon Sens, le Burlesque effronté
Trompa les yeux d’abord, plut par sa nouveauté.
    Wat Stòff’ ge ook kiezen moogt, wilt steeds de Laagheid myden.
(80) De Minst-verhéven Styl kan waare Grootsheid lyden.
Het schaamt’loos BOERTIG DICHT, spyt Oordeel, Kunst en Zin,
Misleide ’t oog in ’t eerst, nam door zyn Nieuwheid in.
On ne vit plus en Vers que pointes triviales;
Le Parnasse parla le langage des Hales.
(85) La licence à rimer alors n’eut plus de frein.
Apollon travesti devint un Tabarin.
Toen zag men niets in Dicht dan Vischverkoopsters tréken.
De Zangberg sprak de Taal die plompe Voerliên spreeken.
(85) ’t Gerym was teugelvry, verächtlyk, vuil en plomp.
Apòllo zòt verkleed wierd eind’lyk een Klaas-Klomp.
[Een van Ouds bekènde Kwakzalvers Jan Potagie te Amsteldam.]
Cette contagion infecta les Provinces,
Du Clerc & du Bourgeois passa jusques aux Princes.
Le plus mauvais plaisant eut ses approbateurs,
(90) Et jusqu’à Dassouci, tout trouva des Lecteurs.
Eerlang was déze Smet gantsch Frankryk dóórgelopen,
Van Clerk en Winkelier by Prinsen ingesloopen.
De Lafste en Lompste Snaak behaalde dikwyls Lòf,
(90) Ja zelfs een DASSOUCI vond Leezers voor zyn Stòff’.
[Een zeer verächtelyk Boertig Dichter.]
Mais de ce stile enfin la Cour désabusée,
Dédaigna de ces Vers l’extravagance aisée;
Distingua le naïf, du plat & du bouffon;
Et laissa la Province admirer le Typhon.
Maar eind’lyk zag men ’t Hòf, ’t geen ’t brein begon te schèrpen,
De wufte spoorloosheid van dézen Styl verwèrpen;
’t Natuurlyk’ wierd geschift, van Platte en Boefsche reên;
En TYPHON’s REUZENSTRYD bekoorde slechts ’t Gemeen.
(95) Que ce stile jamais ne souille votre Ouvrage.
Imitons de Marot l’élégant badinage;
Et laissons le Burlesque aux Plaisans du Pont-Neuf.
(95) Nooit moet de Styl Uw werk, schoon ’t vrölyk zy, bevlekken.
In ’t geestig schertzen kan MARÒT ten Vóórbeeld strekken:
Maar laat het Boertig-vuil voor die op Markten staan.
    Mais n’allez point aussi, sur les pas de Brébeuf,
Même en une Pharsale, entasser sur les rives
(100) De morts & de mourans cent montagnes plaintives.
Prenez mieux votre ton. Soyez simple avec art,
Sublime sans orgueil, agréable sans fard.
    Doet ook niet als BRE’BEUF, al vòlgt ge zelfs LUCAAN;
Bestapelt d’Oevers niet met honderd Jammer-Bèrgen
(100) Van Stervenden en Doôn, wier klagten d’ooren tèrgen.
[Vaers van BRE’BEUF, in de Fransche Vertaaling der PHARSALIA van LUCANUS.]
Zingt béter. Weest, met kunst, éénvoudig in Uw Stuk,
Verhéven zonder Waan, bevallig zonder Smuk.
    N’offrez rien au Lecteur que ce qui peut lui plaire.
Ayez pour la cadence une oreille sévère.
(105) Que toujours dans vos Vers, le sens coupant les mots,
Suspende l’hémistiche, en marque le repos.
Bied nooit den Leezer iets dan ’t geen hem kan bekooren.
Laat naar den Toonval ’t Oor zo streng als snédig hooren.
(105) Dat steeds ter helft Wus Vaers de Zin, door ’t woord verdeeld,
Een Middensnéde vorm’, daar Rust uit word geteeld.
    Gardez qu’une voyelle, à courir trop hâtée,
Ne soit d’une voyelle en son chemin heurtée.
    Il est un heureux choix de mots harmonieux.
(110) Fuïez des mauvais sons le concours odieux.
Le Vers le mieux rempli, la plus noble pensée
Ne peut plaire à l’esprit, quand l’oreille est blessée.
    Vermydt, dat d’A, òf d’E, te vlug voor-uitgeschoten,
Een I, of O, of U aldus te rugge stooten.
    Daar is eene eed’le keus van Woord-en Klank-çieraad.
(110) Dies neemt geen t’zaamenloop van hard Geluit te baat.
Hetzinrykst Vaers, bezield door d’édelste gedachten,
Zal, kwetst het ons Gehoor, de Geest terstond verächten.
    Durant les premiers ans du Parnasse François,
Le caprice tout seul faisoit toutes les loix.
(115) La Rime, au bout des mots assemblez sans mesure,
Tenoit lieu d’ornemens, de nombre & de césure.
    Toen Frankryk’s Hélicon het eerst gegrondvest wierd,
Heeft Willekeur-alleen de Rymelaars bestierd.
(115) De Rym, geplaatst aan ’t eind’ van maatelooze woorden,
Ging-dóór voor Snéde en Maat, die tot een Vaers behoorden.
Villon sut le premier, dans ces siècles grossiers,
Débrouiller l’Art confus de nos vieux Romanciers.
Marot bien-tôt après fit fleurir les Ballades,
(120) Tourna des Triolets, rima des Mascarades,
A des refrains règlez asservit les Rondeaux
Et montra pour rimer des chemins tout nouveaux.
VILLON heeft in dien tyd de Woestheid ’t eerst getart,
En d’oude Brabbelkunst der Romansiers ontward.
MARÒT deed kort daarnaa zyn DANS-GEDICHTEN bloeijen,
(120) Bragt DRIEKLANK voor den dag, liet Rym in ’t Momspel vloeijen.
Hy deed ook een RONDEEL in régelval bestaan,*
En toonde ons voor de Rym gantsch nieuwe Wégen aan.
Ronsard, qui le suivit, par une autre méthode,
Réglant tout, brouilla tout, fit un Art à sa mode:
(125) Et toutefois longtems eut un heureux destin.
Mais sa Muse, en François parlant Grec & Latin,
Vit dans l’âge suivant, par un retour grotesque,
Tomber de ses grans mots le faste pédantesque.
Ce Poëte orgueilleux trébuché de si haut,
(130) Rendit plus retenus Desportes & Bertaut.
RONSARD, op hem gevòlgd, wilde alles juister wikken,
Bragt alles in de war, door alles te verschikken.
(125) Zyn Zang-Nimph, niettemin, had lang een goede Kans
Maar spreekende somtyds Latyn en Grieksch in ’t Fransch,
Zag ze in de vòlgende Eeuw, vervreemd van ’t spoorloos brallen,
Het pronkend Schoolgezwets dier weitsche Woorden vallen.
Getuimeld van zo hoog, is déze tròtsche Geest
(130) DESPÒRTES en BERTAUT een nutte Baak geweest.
Enfin Malherbe vint; & le premier en France,
Fit sentir dans les Vers une juste cadence:
D’un mot mis en sa place enseigna le pouvoir,
Et reduisit la Muse aux règles du devoir.
(135) Par ce sage Ecrivain la Langue reparée
N’offrit plus rien de rude à l’oreille épurée.
Les Stances avec grace apprirent à tomber;
Et le Vers sur le Vers n’osa plus enjamber.
Toen kwam MALHERBE in ’t eind’; die ’t eerst in Frankryk’s paalen,
De Vaerzen altoos deed met netten Toonval praalen:
Door juiste plaatzing gaf hy ’t woord meer zwier en kracht,
En heeft de Dicht-Godin tot Régeltucht gebragt.
(135) Die schrand’re Schrijver is ’t dien Frankryk heeft te danken,
Dat thans de Taal ’t Gehoor niet kwetst door harde Klanken.
Hy gaf een fraaijen val aan ’t Rust-Gedicht; EN LEEDT
NIET, dat een Vaers op ’t Vaers déze Overstapping deed’.
Tout reconnut ses loix, & ce Guide fidèle
(140) Aux Auteurs de ce tems sert encor de modèle.
Marchez donc sur ses pas, aimez sa pureté,
Et de son tour heureux imitez la clarté.
Si le sens de vos Vers tarde à se faire entendre,
Mon esprit aussi-tôt commence à se détendre;
(145) Et de vos vains discours prompt à se détacher,
Ne suit point un Auteur, qu’il faut toujours chercher.
Men nam zyn Wètten aan, zo kunstryk als beöordeeld:
(140) Dus strekt die trouwe Gids den Schryv’ren nòg tòt Vóórbeeld.
Bewandelt dan zyn Spoor, betracht zyn duid’lykheid,
En vòlgt zyn’ eed’len Trant vol keurig Kunst-beleid.
Indien Uw Vaers vertoeft aan my den Zin te ontdèkken,
Zal ’t myn’ ontspannen Geest welhaast tòt afkeer wèkken;
(145) En wyl die Beuzeltaal gestaâg myn Onlust voedt,
Vòlg ik geen Schryver nâ dien ’k altoos zoeken moet.
    Il est certains Esprits, dont les sombres pensées
Sont d’un nuage épais toûjours embarrassées.
Le jour de la Raison ne le sauroit percer.
(150) Avant donc que d’écrire, apprenez à penser.
Selon que notre Idée est plus ou moins obscure,
L’Expression la suit ou moins nette, ou plus pure.
Ce que l’on conçoit bien, s’énonce clairement,
Et les mots pour le dire arrivent aisément.
Men vind een soort van Vòlk, wier duister Denkvermogen
Als met een dikke Wolk gestadig is omtogen;
Waar-achter ’t Rédenlicht voor hen verbòrgen blyft.
(150) Dies, Minnaars van de Kunst, leert dènken eer gy schryft.
Naar maate ons Denkbeeld is òf meer òf minder duister,
Zo zyn de woorden ook òf klaar òf zonder luister.
Dat wèl begrépen is word duidelijk gemèld.
En in de Zegging ligt door woorden vóórgestèlt.
[HORATIUS, de Arte Poët. Vers. 40.]
    (155) Sur tout, qu’en vos Ecrits la Langue reverée,
Dans vos plus grans excès vous soit toujours sacrée.
En vain vous me frappez d’un son mélodieux,
Si le terme est impropre, ou le tour vicieux,
Mon esprit n’admet point un pompeux Barbarisme,
(160) Ni d’un Vers empoulé l’orgueilleux Solécisme.
Sans la Langue, en un mot, l’Auteur le plus divin
Est toujours, quoiqu’il fasse, un méchant Ecrivain.
    (155) Laat in Uw Schrift de Taal U steeds geheiligd wézen.
Hoe ge ook den Teugel viert, ’k wil nimmer Wanspraak leezen.
Gy streelt my te vergeefsch door lieflyk Maat-geluit,
Zo ’t woord onëigen is, òf ’t zaamenstèl niet sluit.
Myn Geest vind geen Vermaak in woeste Taal-ontçiering,
(160) Nòch in een brommend Vaers vol tròtsche Teugel-viering.
Indien een Schryver dan de Taal niet heeft betracht,
Hoe fraai zyn Schryftrant zy, hy is en blyft verächt.
    Travaillez à loisir, quelque ordre qui vous presse,
Et ne vous piquez point d’une folle vîtesse
(165) Un stile si rapide, & qui court en rimant,
Marque moins trop d’esprit, que peu de jugement.
J’aime mieux un ruisseau, qui sur la molle arène,
Dans un pré plein de fleurs lentement se promène,
Qu’un torrent débordé, qui d’un cours orageux
(170) Roule, plein de gravier, sur un terrain fangeux.
    Werkt steeds op Uw gemak, wat Last U áán moog’ dryven,
En stelt geen Roem en Eer in dwaas gezwind te schryven.
(165) Een styl dien men dus snel al rymend vóórt ziet slaan,
Toont min te groot een Geest, dan weinig Oordeel aan.
’k Bemin veel meer een Beek, die ’k zacht op ’t Zand zie vloeijen,
En door een bloemryk Veld al langzaam heene spoeijen,
Dan dat een Vloed, door stòrm zyne Oevers uitgespat,
(170) Een’ slykerigen Grond bestroomt met drabbig Nat.
Hâtez-vous lentement, & sans perdre courage,
Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage.
Polissez-le sans cesse, & le repolissez;
Ajoutez quelquefois, & souvent effacez.
Spoed U slechts langzaam voort, laat nooit Uw’ Moed verpletten,
Wilt op ’t Getouw Uw Werk tot twintigmaal herzetten.
[HORATIUS, de Arte Poët. Vers. 292.]
Beschaaft het zonder eind’, herschaaft het nog al weêr.
Schrapt hier somtyds iets uit, zet dáár weêr iets ter neêr.
[HORATIUS, Lib. I. Sat. X. 72.]
    (175) C’est peu qu’en un Ouvrage où les fautes fourmillent,
Des traits d’esprit semez de tems en tems petillent.
Il faut que chaque chose y soit mise en son lieu;
Que le début, la fin, répondent au milieu;
Que d’un art délicat les pièces assorties
(180) N’y forment qu’un seul tout de diverses parties:
Que jamais du sujet, le discours s’écartant,
N’aille chercher trop loin quelque mot éclatant.
(175) ’t Voldoet niet in een Werk, waarïn de fouten krielen,
Dat vonkjes van vernuft het hier en daar bezielen.
[HORATIUS, Lib. II. Epist. I. 73.]
De Zaaken moeten ook geplaatst zyn naar hun’ aart;
’t Begin moet aan het Einde en ’t Midden zyn gepaard;
[HORATIUS, De Arte Poët. Vers. 152.]
De kunst moet haare Ròl in ’t Zaamenstèl zó speelen,
(180) Dat één Geheel zich vòrme uit d’onderscheiden Deelen.
[HORATIUS, De Arte Poët. Vers. 23.]
Zoekt nooit te verre een Woord dat buitenspoorig prykt
En maakt dat gy te verr’ van ’t waarde Doelwit wykt.
Craignez-vous pour vos Vers la censure publique?
Soyez-vous à vous-même un sévère Critique.
(185) L’Ignorance toujours est prête à s’admirer.
Zo ’t vitten van ’t Gemeen nu voor Uw Vaers doet vreezen,
Wilt dan U-zelv’ vooräl een strènge Rèchter wézen.
[HORATIUS, Lib. II. Epist. II. Vers. 106.]
(185) De Domheid paait zich steeds met Zelf-verwondering.
    Faites-vous des amis prompts à vous censurer,
Qu’ils soient de vos écrits les Confidens sincères,
Et de tous vos défauts les zélez adversaires.
Dépouillez devant eux l’arrogance d’Auteur:
(190) Mais sachez de l’Ami discerner le Flatteur.
Tel vous semble applaudir qui vous raille & vous jouë.
Aimez qu’on vous conseille, & non pas qu’on vous louë.
    Kiest Vrienden, vlug en straf in Kunst-Bespiegeling,
Oprechte en waardige Vertrouwden Uwer Schriften,
Weêrstrévende Yveraars die alle Uw Feilen ziften.
Der Schryv’ren Overmoed zy voor hen áfgelegd:
(190) Maar schift der Vrienden raad van ’t geen een Vleijer zegt.
[HORATIUS, De Arte Poët. Vers. 424.]
Hy die in schyn U pryst zal juichende U bespòtten:
Bemint dan goeden raad; laat vleijery voor Zotten.
    Un Flatteur aussi-tôt cherche à se récrier
Chaque Vers qu’il entend le fait extasier.
(195) Tout est charmant, divin; aucun mot ne le blesse;
Il trépigne de joie, il pleure de tendresse:
Il vous comble partout d’éloges fastueux.
La Vérité n’a point cet air impétueux.
    Een Vleijer galmt zyn vreugd terstond ten boezem uit.
[HORATIUS, De Arte Poët. Vers. 428.]
Elk Vaers verrukt zyn’ Geest door ’t lieflyk Maat-geluit.
(195) ’t Is alles hémelsch, fraai; geen woord kan hem mishaagen;
Hy weent van téderheid, hy stampt van Vreugde-vlaagen:
Met opgepronkten Lòf vervult hy ’t zwak Gemoed.
De Waarheid toont zich nooit in zulk een Yvergloed.
    Un sage Ami, toujours rigoureux, infléxible,
(200) Sur vos fautes jamais ne vous laisse paisible.
Il ne pardonne point les endroits négligez.
Il renvoie en leur lieu les Vers mal arrangez.
Il réprime des mots l’ambitieuse Emphase.
Ici le Sens le choque; & plus loin c’est la Phrase.
(205) Votre construction semble un peu s’obscurcir:
Ce terme est équivoque, il le faut éclaircir.
C’est ainsi que vous parle un Ami véritable.
    Een Kunst-beminnend Vriend, steeds straf in zyn Vertoogen,
(200) Zal nimmer een gebrek in Uw Gedicht gedoogen.
[HORATIUS, De Arte Poët. Vers. 445.]
Hy schikt in goeden Stand all’ ’t geen’ Wanstaltig is.
Hier word de weitsche Zwier des woords door hem verminderd.
Nu is ’t de Spreekwys, dan de Zin weêr die hem hindert.
(205) Hem dunkt Uw t’zamenstèl heeft hier een’ duist’ren schyn:
Hier heerscht een dubb’len Zin, hy moet verstaanbaar zyn.
Zó spreekt een waare Vriend, voor Uwen Roem vol Yver.
Mais souvent sur ses Vers, un Auteur intraitable
A les protéger tous se croit intéressé,
(210) Et d’abord prend en main le droit de l’offensé.
De ce Vers, direz-vous, l’expression est basse.
Ah! Monsieur, pour ce Vers je vous demande grace,
Répondra-t-il d’abord. Ce mot me semble froid;
Je le retrancherois. C’est le plus bel endroit.
Maar vaak op ’t Werk verzòt, acht d’ al te barse Schryver
Zich in zyne Eer verkort als iemand Feilen ziet,
(210) En speelt d’onëerden Man vol belgzucht en verdriet.
Dit Vaers dunkt U te laag, òf ’t heeft een Régel-schennis.
Terstond is ’t: Ei! Myn Heer, toon hier Uw gunst en kennis.
Dit woord schynt my te flaauw; Ik wischte ’t liever uit...
’t Is d’allerfraaiste plaats, vol Zin en Maat-geluit...
(215) Ce tour ne me plaît pas. Tout le monde l’admire.
Ainsi toujours constant à ne se point dédire;
Qu’un mot dans son Ouvrage ait paru vous blesser:
C’est un titre chez lui pour ne point l’effacer.
Cependant, à l’entendre, il chérit la Critique.
(220) Vous avez sur ses Vers un pouvoir despotique.
(215) Die Trek gevalt my niet... Ze is tòch verwond’ring waardig...
Dus onverzèttelyk tòt tégenspreeken vaardig,
Zo ras in ’t Vaers een woord U schynbaar heeft gekwetst,
Is ’t hem een staalen Wet dat hy daar tégen zwetst.
Nòchtans, gelyk hy zegt, bemint hy Uw Vertoogen. [PERSIUS, Sat. I. Vers. 55.]
(220) Hy geeft U over ’t Werk een onbepaald vermogen.
Mais tout ce beau discours dont il vient vous flatter,
N’est rien qu’un piège adroit pour vous les réciter.
Aussi-tôt il vous quitte & content de sa Muse,
S’en va chercher ailleurs quelque Fat qu’il abuse.
(225) Car souvent il en trouve. Ainsi qu’en sots Auteurs,
Notre Siècle est fertile en sots Admirateurs.
Maar al dit schoon Gevlei verstrikt geen schrand’ren Geest;
’t Is slechts een looze Vond op dat gy ’t Werk eens leest.
Terstond vertrèkt hy dan, en met verwaande kaaken,
Gaat hier òf daar een’ Zòt met Beuzeltaal vermaaken.
(225) Hy vindze ook allerwége: Onze Eeuw is gantsch niet schaars
In Narren, zòt verlieft op zòtte Rymelaars.
Et sans ceux que fournit la Ville & la Province,
Il en est chez le Duc, il en est chez le Prince.
L’Ouvrage le plus plat a, chez les Courtisans,
(230) De tout tems rencontré de zélez Partisans;
Et, pour finir enfin par un trait de Satire,
Un Sot trouve toujours un plus Sot qui l’admire.
En zonder die Parys en d’and’re Steên ons toonen,
Men zietze ook by den Prins, by Graaf en Hertòg woonen.
Het allerlafste Werk, al keurde ’t niemand goed,
(230) Heeft t’allentyde aan ’t Hòf zyne Yveraars ontmoet.
En, om hier tòt besluit een Schimpstreek vóórtedraagen,
Een Zòt kan overäl nòg grooter Zòt behaagen.
Continue

CHANT II.

TELLE qu’une Bergère, au plus beau jour de Fête,
De superbes Rubis ne charge point sa tête,
Et sans mêler à l’or l’éclat des Diamans,
Cueille en un champ voisin ses plus beaux ornemens:
(5) Telle, aimable en son air, mais humble dans son stile,
Doit éclater sans pompe une élegante Idylle.
Son tour simple & naïf n’a rien de fastueux,
Et n’aime point l’orgueil d’un Vers présomptueux.

DE

DICHTKUNDE

VAN DEN HEERE

NICOLAAS BOILEAU
DESPRÉAUX.


TWEEDE ZANG.

Gelyk een Herderin niet zal ter Feest verschynen,
Met Hulsels, tròtsch belaân van prachtige Robynen,
Maar zonder mèngelglans van Goud en Diamant,
Haar beste Ciersels plukt op ’t naastgelégen Land:
(5) Dus, nédrig in zyn Styl, maar çierlyk en lieftallig,
Is ’t VELD-DICHT, zonder pracht, uitmuntend en bevallig.
Zyn ongedrongen Trant is was van pronkery,
En duld geen brommend Vaers vol waan en hovaardy.
Il faut que sa douceur flatte, chatouille, éveille,
(10) Et jamais de grans mots n’épouvante l’oreille.
’t Moet door zyn lieflykheid ons wekken, vleijen, streelen,
(10) en geen hoogdraavend woord moet hier ’t Gehoor verveelen.
Mais souvent dans ce style un Rimeur aux abois
Jette là, de dépit, la Flûte & le Hautbois:
Et, follement pompeux, dans sa verve indiscrette,
Au milieu d’une Eglogue entonne la Trompette.
Doch dikwyls put zich hier de Rymer vruchtloos uit,
En werpt, van spyt, ter neêr de Veld-Schalmei en Fluit:
Hy steekt in ’t Hèrders-Dicht, in weêrwil dézer Wetten,
Zo grootsch als dwaas van Geest, de Hèldenzang-Trompetten.
(15) De peur de l’écouter, Pan fuit dans les Roseaux;
Et les Nymphes, d’effroi, se cachent sous les Eaux.
Au contraire, cet autre abjet en son langage,
Fait parler ses Bergers comme on parle au Village.
(15) Voor zulk een Toon vervaard, vlugt Pan in ’t spichtig Riet;
En domp’len zich, van schrik, de Nimphen in den Vliet.
Een And’re, in tégendeel, vol boersche Taal-gebréken,
Doet zyne Hèrd’ren staâg als plompe Kinkels spreeken.
Ses Vers plats & grossiers, dépouillez d’agrément,
(20) Toujours baisent la terre, & rampent tristement.
On diroit que Ronsard, sur ses Pipeaux rustiques,
Vient encor fredonner ses idylles Gothiques,
Et changer, sans respect de l’oreille & du son,
Lycidas en Pierrot, & Philis en Toinon.
Zyn Vaerzen, zonder Zwier, wanheblyk, plat en laag,
(20) Gaan kruipend langs de Gond, en kusschen, d’Aard gestaâg;
’t Is òf RONSARD nòg bromt, en met zyn Boersche Fluiten,
Door ’t GÒTTISCH VELDGEZANG onze Ooren weêr doet tuiten,
En, spyt Gehoor en Klank, durft noemen zonder schroom,
Zyn Philis Teuntje-buur, en Damon Lubbert-Oom.
    (25) Entre ces deux excès la route est difficile.
Suivez, pour la trouver, Théocrite & Virgile.
Que leurs tendres Ecrits, par les Graces dictez,
Ne quittent point vos mains, jour & nuit feuilletez.
(25) ’t Is moeilyk ’t Middenspoor hier nimmer te verliezen.
Hieröm wilt THE’OCRIETS’s en MARO’s Pad verkiezen.
Wilt nacht en dag Uw vlyt in hun Geschirft besteên,
’t Geen ’t lieflyk Vóórschrift is der drie BEVALLIGHEêN.
Seuls, dans leurs doctes Vers, ils pourront vous apprendre,
(30) Par quel art sans bassesse un Auteur peut descendre;
Chanter Flore, les Champs, Pomone, les Vergers;
Au combat de la flûte animer deux Bergers;
Des plaisirs de l’Amour vanter la douce amorce;
Changer Narcisse en fleur, couvrir Daphné d’écorce;
(35) Et par quel art encor l’Eglogue, quelquefois
Rend dignes d’un Consul la campagne & les bois.
Telle est de ce Poëme & la force & la grace.
Zy leeren ons alleen hoe Dichters kunnen dwaalen,
(30) En, zonder lang te zyn, aan ’t Nédrig zich bepaalen;
Hoe men een Boomgaard, Veld, Pomone en Flora zingt;
Twee Hérders op de Fluit tòt eenen Tweestryd dringt;
Hoe ’t streelend Min-vermaak door Lokäas ’t hart kan trekken;
Narçiss’ met Bolemenblaân, met Schorszen Daphné dekken;
(35) In ’t kort, door welk een kunst bywyl een Veld-Dicht maakt,
Dat zelfs naar Bosch en Veld een Roomsche Landvoogd haakt. (a)
(a) VIRGILIUS Eclog: IV. 3.
Dus heeft dit DICHTSTUK kracht en tévens is ’t bekoorlyk.
    D’un ton un peu plus haut, mais pourtant sans audace,
La plaintive Elégie en longs habits de deuil,
(40) Sait les cheveux épars gémir sur un cercueil.
    Op een wat hooger Toon, nòchtans niet onbehoorlyk,
Is ’t, dat het TREURGEDICHT, (a) in sleepend Rouw-gewaad,
[(a) HORATIUS de Arte Poët. Vers 75]
(40) Met hangend hair by ’t Graf, zich zuchtend hooren laat.
Elle peint des Amans la joie & la tristesse;
Flatte, menace, irrite, appaise une Maîtresse.
Het maalt de vreugd en rouw van die door Mingloed blaaken’
Vleit, dreigt, vergramt een Liefste, en weet weêr Vreê te maaken.
Mais pour bien exprimer ces caprices heureux,
C’est peu d’être Poëte, il faut être amoureux.
Maar tòt het juist vertoog van ’t zoet dier Minnenpyn,
Is ’t Dichtvuur niet genoeg, men moet ook Minnaar zyn.
    (45) Je hais ces vains Auteurs, dont la Muse forcée
M’entretient de ses feux, toujours froide & glacée,
Qui s’affligent par art, & fous de sens rassis,
S’érigent, pour rimer, en Amoureux transis.
    (45) Ik haat die Rymelaars, wier Zangster zich moet dwingen
Om, steeds verkleumd en koel, een Minneklagt te zingen;
Die droevig zyn door kunst, en, dwaas by vol verstand,
Slechts om te rymen staan in heeten Minnebrand.
Leurs transports les plus doux ne sont que phrâses vaines.
(50) Ils ne savent jamais, que se charger de chaînes,
Que bénir leur martyre, adorer leur prison,
Et faire quereller les Sens & la Raison.
All’ hun’ Verrukkingen bestaan in yd’le Klanken,
(50) Zy weeten anders niets dan hunne Boei te danken,
Te zeeg’nen hun Verdriet, en ’t Leed word áángebeên,
Daar Zinnen en ’t Verstand te zaam in ’t Stydperk treên.
Ce n’étoit pas jadis sur ce ton ridicule
Qu’Amour dictoit les Vers que soûpiroit Tibulle:
(55) Ou que, du tendre Ovide animant les doux sons,
Il donnoit de son Art les charmantes leçons.
Il faut que le coeur seul parle dans l’Elégie.
Nooit heeft de Min voorheen die zòtheên vóórgezongen,
TIBULLUS zuchtjes dus ten boezem uitgedrongen, (b)
[(b) TIBULLUS, Lib. I Eleg. VII. 41.]
    L’Ode avec plus d’éclat, & non moins d’énergie,
Elevant jusqu’au Ciel son vol ambitieux,
(60) Entretient dans ses Vers commerce avec les Dieux.
    Het LIER-DICHT (c) met meer glans, niet zwakker van gedachten,
[(c)* HORATIUS, de Arte Poët. Vers 83.]
Zich tròtsch verheffende tòt boven ’t Stargewelf,
(60) Houd Onderhandeling ook met de Goden-zelv’.
Aux Athlètes dans Pise elle ouvre la barrière,
Chante un Vainqueur poudreux au bout de la carrière;
Mène Achille sanglant aux bords du Simoïs,
Ou fait fléchir l’Escaut sous le joug de Louïs.
’t Stelt Piza’s Worstelaars ten breeden Slagboom ópen,
En zingt ’sVerwinnaars Roem ten eind’ van ’t Perrk geloopen;
Vertoont Achilles Wraak, gepleegd aan Hector’s Lyk
Of onderwèrpt de Schelde aan ’t Juk van Lodewyk.
(65) Tantôt, comme une abeille ardente à son ouvrage,
Elle s’en va de fleurs dépouiller le rivage:
Elle peint les Festins, les danses, & les Ris;
Vante un baiser cueilli sur les lèvres d’Iris,
Qui mollement résiste, & par un doux caprice,
(70) Quelquefois le refuse, afin qu’on le ravisse.
Dan, als een nyv’re By, de zommen der Rivieren:
Het maalt de Bruiloftsvreugd, ’t gelach, den Dans in ’t rond;
Roemt op een Kusch geplukt op Iris lieven Mond,
Die dart’lend’ Weêrstand bied, en in die zoete Nukken,
(70) Het Kuschje weig’ren wil, om ’t zich te doen ontrukken. (a)
[(a) HORATIUS, Ode XII. Vers 35.]
Son stile impétueux souvent marche au hazard.
Chez elle un beau désordre est un effet de l’Art.
Zyn teugelvryë Styl draaft veeltyds buiten ’t Spoor.
Een fraai ontschikt Taf’reel gaat hier voor Kunstgreep dóór.
    Loin ces Rimeurs craintifs, dont l’esprit phlegmatique
Garde dans ses fureurs un ordre didactique:
(75) Qui chantant d’un Heros les pogrès éclatans,
Maigres Historiens, suivront l’ordre des Tems.
    Zwicht, bloode Rymelaars, die, koel en onërvaaren,
In Uw Verrukking-zelv’ den Schooltrant wilt bewaaren:
(75) Al zingende den Roem en Daaden van een’ Held,
Als in een Dag-verhaal zyn Krygs-bedryven meld.
Ils n’osent un moment perdre un sujet de vuë.
Pour prendre Dole, il faut que Lille soit renduë;
Et que leur Vers exact, ainsi que Mezeray,
(80) Ait fait déja tomber les remparts de Courtray.
Apollon de son feu leur fut toujours avare.
Nooit weet ge een oogenblik van ’t Onderwèrp te wyken,
Eer Dole word bestòrmt, moet Ryssel’s moed bezwyken;
En Kortryk ook vooräf ontbloot zyn van haar’ Wal,
(80) Op ’t spoor van MEZERAY, met Dag-en-Jaargetal.
Nooit wilde Apòll’ die Liên zyn Vuur en Invloed schenken.
    On dit à ce propos, qu’un jour ce Dieu bizare,
Voulant pousser à bout tous les Rimeurs François,
Inventa du Sonnet les rigoureuses loix;
(85) Voulut, qu’en deux Quatrains, de mesure pareille,
La Rime avec deux sons frappât huit fois l’oreille;
Et qu’ensuite, six Vers artistement rangez,
Fussent en deux Tercets par le sens partagez.
    Men zegt, dat om die reên, door eigenzinnig denken,
Die God op zeek’ren dag, de Fransche Rym ten Straff’,
Aan ’t KLINK-DICHT voor altoos zyn strenge Wetten gaf.
(85) Men moest op d’eigen Maat twee Vierlings juist verdeelen,
Wier Tweeklank-rym ’t Gehoor tòt achtmaal toe kwam streelen;
Waar-onder Hy, vol kunst, zes Vaerzen nòg verzon,
Wier afgepaste Zin twee Drielings vòrmen kon.
Sur tout de ce Poëme il bannit la licence:
(90) Lui-même en mesura le nombre & la cadence:
Défendit qu’un Vers foible y pût jamais entrer,
Ni qu’un mot déja mis osât s’y remontrer.
De Vryheid wierd vooräll’ uit dit Gedicht verdréven;
(90) Hy-zelv heeft hier de Maat en Toonval vóórgeschréven:
Verbood aan krachtloos Vaers den ingang voor altoos,
En eenig woord herhaald wierd laf en zénuwloos.
Du reste, il l’enrichit d’une beauté suprême.
Un Sonnet sans défauts vaut seul un long Poëme.
(95) Mais en vain mille Auteurs y pensent arriver;
Et cet heureux Phénix est encore à trouver.
Voors deed hy ’t door de Kunst op ’t allerheerlykst’ pryken.
Een Klinck-Dicht gantsch volmaakt zal ’t langst’ Gedicht niet wyken.
(95) Dòch hoe de Dichtkunst ook naar zulk een Tòppunt tracht’.
Tòt héden heeft zy nooit dien Phénix vóórtgebragt.
A peine dans Gombaut, Maynard & Malleville,
En peut-on admirer deux ou trois entre mille.
Le reste, aussi peu lû que ceux de Pelletier,
(100) N’a fait de chez Sercy, qu’un saut chez l’Epicier.
Pour enfermer son sens dans la borne prescrite,
La mesure est toujours trop longue ou trop petite.
In MAINARDS’s, in GOMBAUT’s, in MALLEVILLE’s Stukken,
Zien we onder duizend twee òf drie die ons verrukken.
All’ ’t mind’re, als PELETIER’s, geworpen aan een Zy’,
(100) Sprong éénsklaps van de Pers in d’eerste Komeny.
Om in ’t voornoemd Beperk den Zin steeds intesluiten,
Is steeds de Maat te kort, òf springt te vèr daar buiten.
    L’Epigramme, plus libre en son tour plus borné,
N’est souvent qu’un bon mot de deux rimes orné.
(105) Jadis de nos Auteurs les Pointes ignorées,
Furent de l’Italie en nos Vers attirées.
Le Vulgaire éblouï de leur faux agrément,
A ce nouvel appas courut avidement.
    Het PUNT-DICHT, min beklemd, in de Omtrek meer bepaald,
Is dikwyls maar een Spreuk die door twee Rymen praalt.
(105) Ons Dicht-Choor, ’t welk voorheen geen Punten wist te schèrpen,
Trokze in de Fransche Rym uit d’Itaaljaansche Ontwèrpen.
Het wuft Gemeen, verblind door ’t lòkkend Schyn-çieraad,
Nam déze nieuwe trant met greetigheid te baat.
La faveur du Public, excitant leur audace,
(110) Leur nombre impétueux inonda le Parnasse.
Le Madrigal d’abord en fut enveloppé.
Le Sonnet orgueilleux lui-même en fut frappé.
La Tragédie en fit ses plus chères délices;
L’Elégie en orna ses douloureux caprices.
Door gunst van ’t Algemeen stoutmoedig opgekomen,
(110) Kwam ’t Aántal met gewèld den Zangberg overstroomen.
Het KEUSVRY-DICHT (a) voor eerst nam deel in déze Smet.
Het praalziek klink-DICHT zelv’ gehoorzaamde aan die Wet.
In ’t TREURSPEL diende ’t méde, om Geesten te verrukken.
Het TREUR-DICHT çierde dus zyn smertelyke Nukken.
(115) Un Héros sur la Scene eut soin de s’en parer;
Et sans Pointe un Amant n’osa plus soûpirer.
On vit tous les Bergers, dans leurs plaintes nouvelles,
Fidèles à la Pointe encor plus qu’à leurs Belles.
Chaque mot eut toujours deux visages divers.
(120) La Prose la reçut, aussi bien-que les Vers.
L’Avocat au Palais en hérissa son stile,
Et le Docteur en chaire en sema l’Evangile.
(115) Den Held op ’t Schouw-Toneel verstrèkte dit tòt Eer;
En zonder Punt òf Streek kwynde ooit geen Minnaar meer.
De Herd’ren toonden zich, naar déze nieuwe Lessen,
Nòg trouwer aan de Punt dan aan hunn’ Minnarèssen.
Geen woord òf ’t had altoos een dubbeld Aángezicht.
(120) Het RYMLOOS SCHRIFT namze aan, zowèl als ’t MAAT-GEDICHT.
Men zag ter Rechtbank zelfs ’t pleidooi daarmeê bestéken:
Ja Leeraars op den Stoel dus ’t EVANGE’LIE preêken.
    La Raison outragée enfin ouvrit les yeux;
La chassa pour jamais des discours sérieux,
(125) Et dans tous ces Ecrits, la déclarant infame,
Par grace, lui laissa l’entrée en l’Epigramme:
Pourvu que sa finesse, éclatant à propos,
Roulât sur la pensée, & non pas sur les mots.
    De Réden dus gehoond, sloeg eind’lyk de Oogen op;
Uit all’ wat Ernstig is verbande zy die Pop:
(125) En in haar Schrift verklaard als Eerloos, deed haar zwichten,
Dòch liet haar, onverdiend, een plaats in Punt-Gedichten:
Mits dat haar fyne Streek de juiste plaatzing vond’,
En in de woorden niet, maar in den Zin bestond’.
Ainsi de toutes parts les désordres cessérent.
(130) Toutefois à la Cour les Turlupins, restérent;
Insipides Plaisans, Bouffons infortunez,
D’un jeu de mots grossier partisans surannez.
Aldus heeft dit Gedròcht zich op de vlugt begéven.
(130) De Schalken, niettemin, zyn steeds aan ’t Hòf gebléven;
Spòt-Boeven zonder smaak, Hòf-Narren vol gekwèl,
Veröuderde Yveraars in ’t schand’lykst Woorden-spèl.
Ce n’est pas quelquefois qu’une Muse un peu fine,
Sur un mot, en passant, ne jouë & ne badine,
(135) Et d’un sens détourné n’abuse avec succès:
Mais fuëez sur ce point un ridicule excès,
Et n’allez pas toujours d’une pointe frivole
Aiguiser par la queuë une Epigramme folle.
Niet, datn een Zang-Nimph nooit haar’ schrand’ren Geest moog streelen,
Door op een woord ter loops te scherten en te speelen,
(135) En om een fyne Streek haare ernstigheid verlaat’:
Maar vlugt in dit geval der Zòtten óvermaat,
En gaat niet keer op keer, met opgeblaaze kaaken,
Aan ’t slòt van ieder réde een steek’lig Punt-dicht maaken.
    Tout Poëme est brillant de sa propre beauté.
(140) Le Rondeau, né Gaulois, a la naïveté.
La Ballade asservie à ses vieilles maximes,
Souvent doit tout son lustre au caprice des rimes.
    Geen Dichtstuk praalt zo ’t niet door eigen schoonheid vleit.
(140) ’t RONDEEL, van afkomst Gaulsch, heeft d’openhartigheid.
Het DANS-DICHT, (a) dat verslaaft zyne oude Wetten huldigt,
[(a) Balade.]
Is dikwyls all’ zyn glans de Nuk der Rym verschuldigd.
    Le Madrigal, plus simple & plus noble en son tour,
Respire la douceur, la tendresse & l’amour.
    ’t Eenvoudig KEUSVRY-DICHT, van eed’ler Zwier en Reên,
Bedoelt het zoet Vermaak, de Liefde en Téderheên.
    (145) L’ardeur de se montrer, & non pas de médire,
Arma la Vérité du Vers de la Satire.
    (145) Geen Lasterzucht, maar d’Eer, heeft Waarheid’s Geestvermogen,
Door ’t Vaders van ’t SCHIMP,GEDICHT, de Wapens áángetogen.
Lucile le premier osa la faire voir:
Aux vices des Romains présenta le miroir:
Vengea l’humble Vertu de la Richesse altière,
(150) Et l’honnête Homme à pié du Faquin en litière,
Horace à cette aigreur mêla son enjouement.
Van déze waarheid was LUCYL als eerste Tòlk: (a)
[(a) HORATIUS, Lib. II. Sat. I. Vers. 62.]
Hy toonde in dit Kristal ’t misdryf van ’t Roomsche Vòlk:
Hy wreekte d’arme Duegd, op Rykdom, hoe vermétel,
(150) En vroome Liën te voet, op Guiten in den Zétel.
Horatius pinçeel gaf ’t Bitse een zwier en glimp. (b) [(b) PERSIUS, Sat. I. Vers. 116.]
On ne fut plus ni fat ni sot impunément:
Et, malheur à tout nom, qui propre à la censure,
Pût entrer dans un Vers, sans rompre la mesure!
Geen Zòt was strafloos zòt, geen Kwast bleef vry van schimp:
En Wee! aan ieder Naam waar schand’ van was te spreeken,
Die ’t Vaers bevatten kon, vermits nooit de maat te breeken.
    (155) Perse en ses Vers obscurs, mais serrez & pressans,
Affecta d’enfermer moins de mots que de sens.
    (155) De Styl van PERSIUS, zo duister als vol kracht,
Toont dat hy na meer Zins dan woorden heeft getracht.
    Juvénal, élevé dans les cris de l’Ecole,
Poussa jusqu’à l’excès sa mordante hyperbole.
    De schamp’re JUVENAAL, in ’t Schoolgezwets bedréven,
Heeft bovenmaate bits zyn’ Grootspraak klèm gegeeven.
Ses Ouvrages, tout pleins d’affreuses véritez,
(160) Etincellent pourtant de sublimes beautez:
Soit que, sur un Ecrit arrivé de Caprée,
Il brise de Séjan la statue adorée;
Soit qu’il fasse au Conseil courir les Sénateurs,
D’un Tyran soupçonneux, pâles adulateurs:
(165) Ou que, poussant à bout la luxure Latine,
Aux Portefaix de Rome il vende Messaline.
Zyn Wèrken, overäl vol wááre Afgyslykheid,
(160) Zyn niettemin vol glans en trèffend Kunst-beleid:
’t Zy dat door hem, op ’t Schrift uit ’s Keiser’s naam gezonden,
Séjaan’s bewierookt Beeld ontëert worde en geschonden: (c)
[(c) JUVENAL, Sat. X. Vers. 60.]
’t Zy dat hy ’t Raadhuis vull’ door ’t Laffe Raadgespan, (d)
[(d) JUVENAL, Sat. IV. Vers. 37.]
Pluimstrykers, bleek van vrees voor d’Arg van hunn’ Tiran: (e)
[(e) JUVENAL, Sat. IV. Vers. 73.]
(165) Of dat hy ’t Vuil Bejag ten hoogsten Tòp doe komen,
En Messalina veile aan ’t Arbeids-Vòlk van Romen. (f)
[(f) JUVENAL, Sat. VI. Vers. 115.]
Ses écrits pleins de feu partout brillent aux yeux.
Zyn Schrift, alöm vol vuur, is çierlyk en vol geest.
    De ces Maîtres savans, disciple ingénieux,
Regnier seul parmi nous formé sur leur modelles,
(170) Dans son vieux stile encore a des graces nouvelles.
    REGNIER is in ons Ryk schier d’éénigste geweest
Die, schrander Leerling, ’t Spoor dier Meesters kon betreeden,
(170) En steeds in d’ouden Styl heeft nieuwe aanvallighéden.
Heureux! si ses Discours, craints du chaste Lecteur,
Ne se sentoient des lieux où fréquentait l’Auteur,
Et si du son hardi de ses rimes Cyniques,
Il n’allarmoit souvent les oreilles pudiques!
Gelukkig! zo zyn Schrift, dat d’Eerbaarheid ontëert,
Niet naar de Plaatzen rook alwaar hy heeft verkeerd;
En zyn te stout Gerym, waarïn hy schold en zwetste,
Niet al te vaak ’t Gehoor van kuische Leezers kwetste.
    (175) Le Latin, dans les mots, brave l’Honnêteté.
Mais le Lecteur François veut être respecté.
    (175) ’t Latyn toont woordelyk geen eerbied nòch ontzag.
Maar ’t Fransch bied aan die ’t leest een schynbaar kuisch Gedrag.
Du moindre sens impur la liberté l’outrage,
Si la pudeur des mots n’en adoucit l’image.
De minst-onkuische Zin, te vry ge-uit, belédigt,
Zy d’eerbaarheid van ’t Woord het Denkbeeld niet verdédigt.
Je veux dans la Satire un esprit de candeur,
(180) Et fuis un effronté qui prêche la pudeur.
Ik eisch in ’t Schimp-Gedicht een geest die niet verboemt,
(180) Maar ’k vlugt een schaamt’loos Mensch die my de kuisheid roemt.
D’un trait de ce Poème, en bons mots si fertile,
Le Français, né malin, forma le Vaudeville,
Agréable Indiscret, qui, conduit par le chant,
Passe de bouche en bouche & s’accroît en marchant.
(185) La liberté Françoise en ses Vers se déploie.
    ’Is uit dit snédig Dicht, dat Frankryk’s Schimp-vermogen
T EENSLUIDEND-SLUITVAERS-LIED (a) zo geestig heeft getogen;
[(a) Vaudeville.]
’t Welk aangenaam en stout, en door den Zang verëerd,
(185) In Vaerzen toont zich ’t best de geest der Fransche vryheid.
Cet enfant du plaisir veut naître dans la joie.
Toutefois n’allez pas, goguenard dangereux,
Faire Dieu le sujet d’un badinage affreux.
Dit Kindtje van vermaak wil zyn geteeld in blyheid.
Nòchtans kiest nimmermeer, ô Spòtters vo vergift,
Uw’ Gòd tòt Onderwèrp van een vervloekt Geschrift.
A la fin tous ces jeux, que l’Athéïsme élève,
(190) Conduisent tristement le Plaisant à la Grève.
Dit doemenswaardig Spel der Gòd-Verloochenaaren,
(190) Kan jammerlyk den Snaak naar ’t Galgevèld doen vaaren.
Il faut, même en chansons, du bon sens & de l’art
Mais pourtant on a vû le vin & le hazard
Inspirer quelquefois une Muse grossière,
Et fournir, sans génie, un couplet à Linière.
Ik eisch, zelfs in een Lied, Gode-oordeel, kunst en deugd.
Maar èchter heeft somtyds ’t Geval, de Wyn en Vreugd,
Een plompe Zangerès onkundig áángedréven,
En breinloos aan LINIERE een Lied-vaers vóórgeschréven.
(195) Mais, pour un vain bonheur qui vous a fait rimer,
Gardez qu’un sot orgueil ne vous vienne enfumer.
(105) Dòch schoon een lòs geluk al ééns U rymen doet,
Geên zòtte hovaardy bezwalk’ dès Uw Gemoed.
Souvent l’Auteur altier de quelque chansonnette,
Au même instant prend droit de se croire Poète
Il ne dormira plus qu’il n’ait fait un Sonnet,
(200) Il met tous les matins six Impromptus au net.
Een hoofdig Rymelaar van Straat-en Kermis-Deunen,
Zal ligt terstond vol Waan op zynen Dichtgeest steunen.
Hy gaat niet meer te Bedde òf ’t Klink-Dicht is voltooid.
(200) Zes Inval-Vaerzen (a) klaar, en eer’ ontbyt hy nooit.
[(b) Impromptu, of Extempore.]
Encore est-ce un miracle, en ses vagues furies,
Si bien-tôt imprimant ses sottes rêveries,
Il ne se fait graver au-devant du Recueil,
Couronné de lauriers, par la main de Nanteuil.
Nòg is ’t een Wonderdaad, in déze dolle Nukken,
Vermits hy ’t zòt Gedroom eerlang zal laaten drukken,
Zo niet aan ’t Hoofd van ’t Werk zyn Beeldt’nis word vertoont
Door ’t Kunststaal van NANTEUIL (b) met Lauwerblaân bekroond.
[(b) Voornaam Plaatsnyder.]
Continue

CHANT III.

IL n’est point de Serpent, ni de Monstre odieux,
Qui par l’Art imité ne puisse plaire aux yeux.
D’un pinceau délicat, l’artifice agréable,
Du plus affreux objet fait un objet aimable.

DE

DICHTKUNDE

VAN DEN HEERE

NICOLAAS BOILEAU
DESPRÉAUX.


DERDE ZANG.

Daar is geen Slang zo boos, geen Monster zo gehaat,
Daar ’t Oog geen lust in schept in çierlyk Kunst-Gewaad.
Door d’aangenaame list van tédere pinçeelen,
Kan ’t Schriklykst’ Vóórwerp zelfs behaaglyk zyn en streelen.
(5) Ainsi, pour nous charmer, la Tragédie en pleurs
D’Oedipe tout sanglant fit parler les douleurs;
D’Oreste parricide, exprima les alarmes;
Et pour nous divertir, nous arracha des larmes.
(5) Zo word in ’t TREURSPèL ’t hart ontroert terwyl men juicht,
Als Oedipus bebloed zyn Zielsverdriet betuigt;
Orèstes jamm’ren wekt, om Moedermoord, meêdoogen,
En perst tot ons Vermaak de traanen uit onze oogen.
    Vous donc, qui d’un beau feu pour le Théatre épris,
(10) Venez en Vers pompeux y disputer le prix,
Voulez-vous sur la Scène étaler des Ouvrages
Où tout Paris en foule apporte ses suffrages,
Et qui toujours plus beaux, plus ils sont regardez,
Soient au bout de vingt ans encor redemandez?
    Gy dan, die d’Yvergloed van ’t SCHOUWTONEEL gevoelt,
(10) In deftig Maat-Gedicht den hoogsten Prys bedoelt,
Indien ge op ’t ruim Toneel uw werk wilt kenbaar maaken,
Waar gantsch Parys, vergaêrd, U roemen zal of laaken,
En dat, hoe vaak men ’t zie, hoe langs hoe meer behaag’,
Ja zelfs naa twintig Jaar men ’t grétig nòg hervraag’? (a)
[(a) HORATIUS de Arte Poët: Vers. 100.]
(15) Que dans tous vos discours la Passion émuë,
Aille chercher le coeur, l’échauffe, & le remuë.
(15) Dan zweeve in ’t gantsche Werk eene eed’le Drift-vervoering,
Waardoor ons hart ontvonkt en werkt vol Ziels-ontroering. (b)
[(b) HORATIUS Lib. II. Epist. I. Vers. 211.]
Si d’un beau mouvement l’agréable fureur
Souvent ne nous remplit d’une douce Terreur;
Ou n’excite en notre ame une Pitié charmante,
(20) En vain vous étalez une Scène savante.
Zo d’aangenaame Woede, in prysb’re Drift, niet blaak’,
Ons niet gestaâg vervull’ met Schik vol zoet vermaak,
Nòch onze Ziel verwèkk’ tòt heuchlyk Médedoogen,
(20) Vergeefsch stelt ge ons Uw Kunde in één Toneel voor oogen.
Vos froids raisonnemens ne feront qu’attiédir
Un Spectateur, toujours paresseux d’applaudir,
Et qui des vains efforts de votre Rhétorique,
Justement fatigué, s’endort, ou vous critique.
Uw laffen Rédevloed, Uw schraale Weetenschap
Verkoelt d’Aanschouwer, traag tòt juichend handgeklap;
Die, ziende U vruchtloos tyd en Rédekunde spillen,
Rechtmaatiglyk vermoeid, zal slaapen, òf bedillen.
(25) Le secret est d’abord de plaire & de toucher
Inventez des ressorts qui puissent m’attacher.
(25) ’t Is ’t eerste en ’t grootst’ Geheim, dat men behaage en treff’.
Brengt Vinding in Uw Spel die d’aandacht steeds verhèff’.
    Que dès les premiers Vers l’Action préparée,
Sans peine, du Sujet applanisse l’entrée.
    Van d’eerste Vaerzen af moet gy de Daad bereiden,
Om dus uw Onderwèrp met schikking inteleiden.
Je me ris d’un Acteur, qui lent à s’exprimer,
(30) De ce qu’il veut, d’abord, ne sait pas m’informer;
Et qui, débrouillant mal une pénible intrigue,
D’un divertissement me fait une fatigue.
’k Belach een’ Toneelist die draalend zich verklaart,
(30) En ’t Merg van ’t gantsche Stuk tòt aan het eind’ bewaart;
Die, door ’t Belang van ’t Spel zo dwaaslyk my te ontknoopen,
My voor Vermaaklykheid Verdriet om geld doet koopen.
J’aimerois mieux encor qu’il déclinât son nom,
Et dît, je suis Oreste, ou bien Agamemnon:
(35) Que d’aller, par un tas de confuses merveilles,
Sans rien dire à l’esprit, étourdir les oreilles.
Le sujet n’est jamais assez tôt expliqué.
Veel liever hoorde ik dan in ’t allerëerst Toneel,
Ik ben ’t die voor’ Orest’ òf Agamemnon speel:
(35) Dan, door een t’zamenvloed van duist’re Wonderdaaden,
Den Geest onäangedaan, myne ooren te overlaaden.
Nooit word te vroeg de Zin van ’t Onderwèrp gemèld.
    Que le Lieu de la scène y soit fixe & marqué.
Un Rimeur, sans péril, delà les Pyrénées,
(40) Sur la scène en un jour renferme des années.
Là souvent le Héros d’un spectacle grossier,
Enfant au premier acte, est Barbon au dernier.
    Eén vaste Schouwplaats werde ons kènbaar vóórgestèld.
Den Spaansche Dicht’ren zal ’t by hen geen Onëer baaren,
(40) Al sluiten ze op ’t Toneel in .éénen Dag veel Jaaren.
Dáár is de Held somtyds op ’t onbeschaafd Toneel,
Een Kind als ’t Spel begint , een Man in ’t laatste Deel.
Mais nous, que la Raison à ses règles engage,
Nous voulons qu’avec art l’Action se ménage:
(45) Qu’en un Lieu, qu’en un Jour, un seul Fait accompli
Tienne jusqu’à la fin le Théatre rempli.
Dòch wy, met recht verknocht aan ’t Vóórschrift van de Réden,
Wy willen, dat de Daad zich spaarzaam zal ontléden:
(45) Dat één Daad, in één Dag, in één Plaats zy volbragt,
Het Stuk alöm vervulle en ’t einden doe vol kracht,
    Jamais au Spectateur n’offrez rien d’incroïable.
Le vrai peut quelquefois n’être pas vraisemblable.
Une merveille absurde est pour moi sans appas.
(50) L’esprit n’est point émû de ce qu’il ne croit pas.
    Niets ongelooflyks zy d’Aanschouwer áángeprézen. (a)
De Waaiheid kan somtyds wel niet waarschynlyk wézen.
Een duister Wonderstuk schynt my van glans beroofd.
(50) De Geest word niet onroert van ’t geen’ men niet gelooft.
Ce qu’on ne doit point voir, qu’un récit nous l’expose.
Les yeux en le voyant saisiroient mieux la chose:
Mais il est des objets, que l’Art judicieux
Doit offrir à l’oreille, & reculer des yeux.
’t Bericht schetze ons een Zaak wiens Denkbeeld-zelv’ doet beeven. (b)
Indien ons Oog die zag ’t zou sterker Indruk geeven:
Maar all’ wat Afschrik geeft, is Kunst met recht verpligt
Te bieden aan ’t Gehoor, te onttrekken aan ’t Gezicht.
    (55) Que le trouble, toujours croissant de scène en scène,
A son comble arrivé, se débrouille sans peine.
L’esprit ne se sent point plus vivement frappé,
Que lorsqu’en un sujet d’intrigue enveloppé,
D’un secret tout à coup la vérité connuë,
(60) Change tout, donne à tout une face imprévuë.
    (55) De Vrees en Hoop gevoed van ’t een Toneel in ’t ander,
Ontwarr’, ten hoogsten tòp, zich ligtlyk uit elkander.
Niets dat den Geest zo treft en in verwond’ring brengt,
In een gewigtig Stuk, verward doorëen gemengd,
Dan als ’t Geheim éénsklaps klaarblyklyk word vernomen,
(60) En d’Omkeer alles doet een nieuw Gelaat bekomen.
    La Tragédie, informe & grossière en naissant,
N’étoit qu’un simple Choeur, où chacun en dansant,
Et du Dieu des raisins entonnant les loüanges,
S’efforçoit d’attirer de fertiles vendanges.
(65) Là le vin & la joie éveillant les esprits,
Du plus habile Chantre un Bouc étoit le prix.
    Het SCHOUWSPèL, onbeschaaft, was in zyne eerste Kans
Een enkelvoudig Choor, waar ieder in den Dans,
En door Gòd-Bacchus Eere in Zangen te verheffen,
Bedoelde een’ vruchtb’ren Oogst van Druiven áántetreffen.
(65) Dáár, door de Vreugd en Wyn de Geesten overheerd,
Wierd aan die ’t fraaiste zong tot Prys een Bok verëerd. (a)
[(a) HORATIUS de Arte Poët. Vers. 220.]
Thespis fut le premier, qui barbouillé de lie,
Promena dans les Bourgs cette heureuse folie;
Et d’Acteurs mal ornez chargeant un tombereau,
(70) Amusa les Passans d’un spectacle nouveau.
’t Was THèSPIS die het eerst, met Wynmoêr dik bestréken,
Dit geestig Narrenspèl van Vlek tot Vlek ging preêken. (b)
[(b) HORATIUS de Arte Poët. Vers. 275.]
Zyn Speelròt, in een Kar wanheb’lyk toegerust,
(70)Vertoonde in ’t openbaar dit nieuwe Spel met lust.
Eschyle dans le Choeur jetta les personnages;
D’un masque plus honnête habilla les visages;
Sur les ais d’un théatre en public exhaussé,
Fit paroître l’Acteur d’un brodequin chaussé.
In ’t Choor bragt ESCHYLUS de schikking der Persoonen; (c)
[(b) HORATIUS de Arte Poët. Vers. 275.]
Met eerelyker Grins kwam zich zyn Speeler toonen;
Op een geschraagd Toneel, voor ieder’s Oog gestèld,
Verscheen zyn Toneelist gelaarsd gelyk een Held.
(75) Sophocle enfin donnant l’essor à son génie,
Accrut encor la pompe, augmenta l’harmonie,
Interessa le Choeur dans toute l’Action,
Des Vers trop raboteux polit l’expression;
Lui donna chez les Grecs cette hauteur divine,
(80) Où jamais n’atteignit la foiblesse Latine.
(75) In ’t einde, een SÓPHOCLèS, vernuftig in zyn pooging,
Voegde aan meer deftigheid d’éénpaarige Beöoging,
Gaf ’t Choor een wáár belang en wèrking in de Daad,
Den Vaerzen zonder zwier schonk hy het Kunst-çieraad;
En deed in ’t Grieksch dit Spel met d’Opperschoonheid praalen,
(80) Daar ’t al te zwak Latyn onmooglyk by kon haalen. (a)
[(a) Zie QUINTILIANUS Lib. X. Cap. I.]
    Chez nos dévots Ayeux, le Théatre abhorré
Fut long-tems dans la France un plaisir ignoré.
De Pelerins, dit-on, une Troupe grossière
En public à Paris y monta la première;
(85) Et sottement zelée en sa simplicité,
Joüa les Saints, la Vierge, & Dieu, par piété.
NEDERLANDS zie onderaan
Le Savoir, à la fin dissipant l’Ignorance,
Fit voir de ce projet la dévote imprudence.
On chassa ces Docteurs prêchans sans mission.
(90) On vit renaître Hector, Andromaque, Ilion.
Seulement, les Acteurs laissant le Masque antique,
Le Violon tint lieu de Choeur & de Musique.
NEDERLANDS
    Bien-tôt l’Amour, fertile en tendres sentimens,
S’empara du Théatre, ainsi que des Romans.
(95) De cette Passion la sensible peinture
Est pour aller au coeur la route la plus sûre.
NEDERLANDS
Peignez donc, j’y consens, les Héros amoureux
Mais ne m’en formez pas des Bergers doucereux
Qu’Achille aime autrement que Thyrsis & Philène;
(100) N’allez pas d’un Cyrus nous faire un Artamène:
Et que l’Amour, souvent de remords combattu,
Paroisse une foiblesse & non une vertu.
NEDERLANDS
    Des Heros de Roman fuyez les petitesses:
Toutefois aux grands coeurs donnez quelques foiblesses.
(105) Achille déplairoit moins bouillant & moins promt.
J’aime à lui voir verser des pleurs pour un affront.
A ces petits défauts marquez dans sa peinture,
L’esprit avec plaisir reconnoît la Nature.
NEDERLANDS
Qu’il soit sur ce modèle en vos Ecrits tracé.
(110) Qu’Agamemnon soit fier, superbe, interessé;
Que pour ses Dieux Enée ait un respect austère.
Conservez à chacun son propre caractère.
Des Siècles, des Païs, étudiez les moeurs.
Les climats font souvent les diverses humeurs.
NEDERLANDS
    (115) Gardez donc de donner, ainsi que dans Clélie,
L’air, ni l’esprit François à l’antique Italie;
Et sous des noms Romains faisant notre portrait,
Peindre Caton galant, & Brutus dameret.
Dans un Roman frivole aisément tout s’excuse.
(120) C’est assez qu’en courant la fiction amuse.
NEDERLANDS
Trop de rigueur alors seroit hors de saison:
Mais la Scène demande une exacte raison.
L’étroite bienséance y veut être gardée.
NEDERLANDS
D’un nouveau Personnage inventez-vous l’idée?
(125) Qu’en tout avec soi-même il se montre d’accord,
Et qu’il soit jusqu’au bout tel qu’on l’a vû d’abord.
NEDERLANDS
    Souvent, sans, y penser, un Ecrivain qui s’aime,
Forme tous ses Heros semblables à soi-même.
Tout a l’humeur Gasconne, en un Auteur Gascon.
(130) Calprenède & Juba parlent du même ton.
NEDERLANDS
    La Nature est en nous plus diverse & plus sage,
Chaque Passion parle un different langage
La Colère est superbe, & veut des mots altiers.
L’Abattement s’explique en des termes moins fiers.
NEDERLANDS
    (135) Que devant Troie en flamme Hécube désolée
Ne vienne pas pousser une plainte empoulée,
Ni sans raison décrire, en quels affreux païs,
Par sept bouches l’Euxin reçoit le Tanaïs.
NEDERLANDS
Tous ces Pompeux amas d’expressions frivoles
(140) Sont d’un Déclamateur, amoureux des paroles.
Il faut dans la douleur que vous vous abaissiez.
Pour me tirer des pleurs, il faut que vous pleuriez.
Ces grands mots, dont alors l’Acteur emplit sa bouche,
Ne partent point d’un coeur que sa misère touche.
NEDERLANDS
    (145) Le Théatre, fertile en Censeurs pointilleux,
Chez nous pour se produire est un champ périlleux.
Un Auteur n’y fait pas de faciles conquêtes;
Il trouve à le siffler des bouches toujours prêtes.
Chacun le peut traiter de Fat & d’Ignorant
(150) C’est un droit qu’à la porte on achète en entrant.
NEDERLANDS
Il faut qu’en cent façons, pour plaire, il se replie:
Que tantôt il s’élève, & tantôt s’humilie;
Qu’en nobles sentimens il soit par tout fécond:
Qu’il soit aisé, solide, agréable, profond:
NEDERLANDS
(155) Que de traits surprenans sans cesse il nous rêveille,
Qu’il coure dans ses Vers de merveille en merveille:
Et que tout ce qu’il dit, facile à retenir,
De son Ouvrage en nous laisse un long souvenir.
Ainsi la Tragédie agit, marche, & s’explique.
NEDERLANDS
    (160) D’un air plus grand encor la Poësie Epique,
Dans le vaste récit d’une longue action,
Se soûtient par la Fable & vit de fiction.
NEDERLANDS
Là pour nous enchanter tout est mis en usage.
Tout prend un corps, une ame, un esprit, un visage.
(165) Chaque Vertu devient une Divinité.
Minerve est la Prudence & Vénus la Beauté.
NEDERLANDS
Ce n’est plus la vapeur, qui produit le Tonnerre;
C’est Jupiter armé pour effrayer la Terre.
Un Orage terrible aux yeux des Matelots,
(170) C’est Neptune en courroux, qui gourmande les flots.
Echo n’est plus un son qui dans l’air retentisse:
C’est une Nymphe en pleurs, qui se plaint de Narcisse.
NEDERLANDS
Ainsi dans cet amas de nobles fictions,
Le Poëte s’égaye en mille inventions,
(175) Orne, élève, embellit, agrandit toutes choses,
Et trouve sous sa main des fleurs toujours écloses.
NEDERLANDS
Qu’Enée & ses vaisseaux, par le vent écartez,
Soient aux bords Africains d’un orage emportez:
Ce n’est qu’une aventure ordinaire & commune,
(180) Qu’un coup peu surprenant des traits de la Fortune.
NEDERLANDS
Mais que Junon, constante en son aversion,
Poursuive sur les flots les restes d’Ilion:
Qu’Eole, en sa faveur les chassant d’Italie,
Ouvre aux Vents mutinez les prisons d’Eolie:
(185) Que Neptune en courroux s’élevant sur la mer,
D’un mot calme les flots, mette la paix dans l’air,
Délivre les vaisseaux, des Syrtes les arrache;
C’est-là ce qui surprend, frappe, saisit, attache.
NEDERLANDS
Sans tous ces ornemens le Vers tombe en langueur;
(190) La Poësie est morte, ou rampe sans vigueur;
Le Poëte n’est plus qu’un Orateur timide;
Qu’un froid Historien d’une Fable insipide.
NEDERLANDS
    C’est donc bien vainement, que nos Auteurs déçus,
Bannissant de leurs Vers ces ornemens reçus,
(195) Pensent faire agir Dieu, ses Saints & ses Prophetes,
Comme ces Dieux éclos du cerveau des Poëtes:
Mettent à chaque pas le Lecteur en Enfer:
N’offrent rien qu’Astaroth, Belzébuth, Lucifer.
NEDERLANDS
De la foi d’un Chrétien les mystères terribles
(200) D’ornemens égaïez ne sont point susceptibles.
L’Evangile à l’Esprit n’offre de tous côtez
Que pénitence à faire & tourmens méritez:
Et de vos fictions le mélange coupable
Même à ses veritez donne l’air de la Fable.
NEDERLANDS
    (205) Et quel objet enfin à présenter aux yeux,
Que le Diable toujours heurlant contre les Cieux,
Qui de votre Heros veut rabaisser la gloire,
Et souvent avec Dieu balance la victoire?
NEDERLANDS
    Le Tasse, dira-t-on, l’a fait avec succès.
(210) Je ne veux point ici lui faire son procès :
Mais, quoique notre Siècle à sa gloire publie,
Il n’eût point de son Livre illustré l’Italie,
Si son sage Heros, toujours en oraison,
N’eût fait que mettre enfin Sathan à la raison;
(215) Et si Renaud, Argant, Tancrède & sa Maîtresse
N’eussent de son sujet égaïé la tristesse.
NEDERLANDS
    Ce n’est que pas j’approuve, en un sujet Chrétien,
Un Auteur follement Idolatre & Païen.
NEDERLANDS
Mais, dans une profane & riante peinture,
(220) De n’oser de la Fable employer la figure;
De chasser les Tritons de l’Empire des eaux,
D’ôter à Pan sa flûte, aux Parques leurs ciseaux,
D’empêcher que Caron, dans la fatale barque,
Ainsi que le Berger ne passe le Monarque;
(225) C’est d’un scrupule vain s’alarmer sottement,
Et vouloir aux Lecteurs plaire sans agrément.
NEDERLANDS
Bien-tôt ils défendront de peindre la Prudence:
De donner à Thémis ni bandeau, ni balance:
De figurer aux yeux la Guerre au front d’airain:
(230) Ou le Tems qui s’enfuit une horloge à la main;
Et par tout des discours, comme une idolatrie,
Dans leur faux zèle, iront chasser l’Allégorie.
NEDERLANDS
Laissons-les s’applaudir de leur pieuse erreur.
Mais pour nous, bannissons une vaine terreur;
(235) Et fabuleux Chrétiens, n’allons point dans nos songes,
Du Dieu de Verité, faire un dieu de mensonges.
NEDERLANDS
    La Fable offre à l’Esprit mille agrémens divers;
Là tous les noms heureux semblent nés pour les Vers,
Ulysse, Agamemnon, Oreste, Idoménée,
(240) Hélène, Ménélas Pâris, Hector, Enée...
NEDERLANDS
O le plaisant projet d’un Poëte ignorant,
Qui de tant de Heros va choisir Childebrand!
D’un seul nom quelquefois le son dur, ou bizarre
Rend un Poëme entier, ou burlesque ou barbare.
NEDERLANDS
    (245) Voulez-vous longtemps plaire & jamais ne lasser?
Faites choix d’un héros propre à m’intéresser,
En valeur éclatant, en vertus magnifique
Qu’en lui, jusqu’aux défauts, tout se montre héroïque;
Que ses faits surprenans soient dignes d’être ouïs
(250) Qu’il soit tel que César, Alexandre ou Louis,
Non tel que Polynice & son perfide frère :
On s’ennuie aux exploits d’un conquérant vulgaire.
NEDERLANDS
    N’offrez point un sujet d’incidens trop chargé.
Le seul courroux d’Achille, avec art ménagé,
Remplit abondamment une Iliade entière :
Souvent trop d’abondance appauvrit la matière.
NEDERLANDS
Soyez vif & pressé dans vos narrations;
Soyez riche & pompeux dam vos descriptions.
C’est là qu’il faut des vers étaler 1’élégance;
N’y présentez jamais de basse circonstance.
NEDERLANDS
N’imitez pas ce fou qui, décrivant les mers,
Et peignant, au milieu de leurs flots entr’ouverts,
L’Hébreu sauvé du joug de ses injustes maîtres,
Met, pour le voir passer, les poissons aux fenêtres;
Peint-le petit enfant qui , va, saute, revient, »
Et joyeux, à sa mère offre un caillou qu’il tient ».
Sur de trop vains objets c’est arrêter la vue.
NEDERLANDS
Donnez à votre ouvrage une juste étendue.
Que le début soit simple & n’ait rien d’affecté.
N’allez pas dès l’abord, sur Pégase monté,
Crier à vos lecteurs, d’une voix de tonnerre
Je chante le vainqueur des vainqueurs de la terre. »
Que produira l’auteur, après tous ces grands cris?
La montagne en travail enfante une souris.
NEDERLANDS
Oh! que j’aime bien mieux cet auteur plein d’adresse
Qui, sans faire d’abord de si haute promesse,
Me dit d’un ton aisé, doux, simple, harmonieux
Je chante les combats, & cet homme pieux »
Qui, des bords phrygiens conduit dans l’Ausonie, »
Le premier aborda les champs de Lavinie »
Sa Muse en arrivant ne met pas tout en feu,
Et, pour donner beaucoup, ne nous promet que peu;
Bientôt vous la verrez, prodiguant les miracles,
Du destin des Latins prononcer les oracles,
De Styx & d’Achéron peindre les noirs torrens;
Et déja les Césars dans l’Elysée errans.
NEDERLANDS
    De Figures sans nombre égarez votre Ouvrage;
Que tout y fasse aux yeux une riante image :
On peut être à la fois & pompeux & plaisant;
Et je hais un sublime ennuyeux & pesant.
J’aime mieux Arioste & ses fables comiques
Que ces auteurs, toujours froids & mélancoliques,
Qui, dans leur sombre humeur, se croiraient faire affront
Si les Grâces jamais leur déridaient le front.
NEDERLANDS
On dirait que pour plaire, instruit par la nature,
Homère ait à Vénus dérobé sa ceinture.
Sort Livre est d’agrémens un fertile trésor
Tout ce qu’il a touché se convertit en or;
Tout reçoit dans ses mains une nouvelle grâce;
Partout il divertit & jamais il ne lasse.
Une heureuse chaleur anime ses discours;
Il ne s’égare point en de trop longs détours.
NEDERLANDS
Sans garder dans ses vers un ordre méthodique,
Son sujet, de soi-même, & s’arrange & s’explique;
Tout, sans faire d’apprêts, s’y prépare aisément;
Chaque vers, chaque mot court à l’événement.
Aimez donc ses écrits, mais d’un amour sincère;
C’est avoir profité que de savoir s’y plaire.
NEDERLANDS
Un poème excellent, où tout marche & se suit,
N’est pas de ces travaux qu’un caprice produit :
Il veut du temps, des soins; & ce pénible ouvrage
Jamais d’un écolier ne fut l’apprentissage.
Mais souvent Parmi nous un poète sans art,
Qu’un beau feu quelquefois échauffa par hasard,
Enflant d’un vain orgueil son esprit chimérique,
Fièrement prend en main la trompette héroïque.
Sa muse déréglée, en ses vers vagabonds,
Ne s’élève jamais que par sauts & par bonds;
Et son feu, dépourvu de sens & de lecture,
S’éteint à chaque pas, faute de, nourriture.
NEDERLANDS
Mais en vain le public, prompt à le mépriser,
De son mérite faux le veut désabuser;
Lui-même, applaudissant à son maigre génie,
Se donne par ses mains l’encens qu’on lui dénie;
Virgile, au prix de lui, n’a point d’invention;
Homere n’entend point la noble fiction...
NEDERLANDS
Si contre cet arrêt le siècle se rebelle,
A la postérité d’abord il en appelle,
Mais, attendant qu’ici le bon sens de retour
Ramène triomphans ses Ouvrages au jour,
Leurs tas, au magasin, cachés à la lumière,
Combattent tristement les vers & la poussière.
Laissons-les donc entre eux s’escrimer en repos,
Et, sans nous égarer, suivons notre propos.
NEDERLANDS
    Des succès fortunés du spectacle tragique,
Dans Athènes naquit la Comédie antique.
Là le Grec, né moqueur, par mille jeux plaisans,
Distilla le venin de ses traits médisans.
Aux accès insolens d’une bouffonne joie,
La sagesse, l’esprit, l’honneur furent en proie.
NEDERLANDS
On vit par le public un poète avoué
S’enrichir aux dépens du mérite joué;
Et Socrate par lui, dans un choeur de nuées,
D’un vil amas de peuple attirer les huées.
Enfin, de la licence on arrêta le cours:
Le magistrat des lois emprunta le secours,
Et, rendant par édit les poètes plus sages,
Défendit de marquer les noms & les visages.
NEDERLANDS
Le théâtre perdit son antique fureur;
la comédie apprit à rire sans aigreur,
Sans fiel & sans venin sut instruire & reprendre,
Et plut innocemment dans les vers de Ménandre.
NEDERLANDS
Chacun, peint avec art dans ce nouveau miroir,
S’y vit avec plaisir, ou crut ne s’y point voir :
L’avare, des premiers, rit du tableau fidèle
D’un avare souvent tracé sur son modèle;
Et, mille fois, un fat finement exprimé
Méconnut le portrait sur lui-même formé.
NEDERLANDS
    Que la nature donc soit votre étude unique,
Auteurs qui prétendez aux honneurs du comique.
Quiconque voit bien l’homme &, d’un esprit profond,
De tant de coeurs cachés a pénétré le fond;
Qui sait bien ce que c’est qu’un prodigue, un avare,
Un honnête homme, un fat, un jaloux, un bizarre,
Sur une scène heureuse il peut les étaler,
Et les faire à nos yeux vivre, agir & parler.
NEDERLANDS
Présentez-en partout les images naïves;
Que chacun y soit peint des couleurs les plus vives.
La nature, féconde en bizarres portraits,
Dans chaque âme est marquée à de différens traits;
Un geste la découvre, un rien la fait paraître.
Mais tout esprit n’a pas des yeux pour la connaître.
NEDERLANDS
Le temps, qui change tout, change aussi nos humeurs;
Chaque âge a ses plaisirs, son esprit & ses moeurs.
Un jeune homme, toujours bouillant dans ses caprices,
Est prompt à recevoir l’impression des vices;
Est vain dans ses discours, volage en ses désirs,
Rétif à la censure & fou dans les plaisirs.
NEDERLANDS
L’âge viril, plus mûr, inspire un air plus sage,
Se pousse auprès des grands, s’intrigue, se ménage,
Contre les coups du sort songe à se maintenir,
Et loin dans le présent regarde l’avenir.
NEDERLANDS
La vieillesse chagrine incessamment amasse;
Garde, non pas pour soi, les trésors qu’elle entasse;
Marche en tous ses desseins d’un pas lent & glacé;
Toujours plaint le présent & vante le passé;
Inhabile aux plaisirs, dont la jeunesse abuse,
Blâme en eux les douceurs que l’âge lui refuse.
NEDERLANDS
Ne faites point parler vos acteurs au hasard,
Un vieillard en jeune homme, un jeune homme en vieillard.
NEDERLANDS
Etudiez la cour & connaissez la ville :
L’une & l’autre est toujours en modèles fertile.
C’est par là que Molière, illustrant ses écrits,
Peut-être de son art eût remporté le prix,
Si, moins ami du peuple, en ses doctes peintures,
Il n’eût point fait souvent grimacer ses figures,
Quitté, pour le bouffon, l’agréable & le fin,
Et sans honte à Térence allié Tabarin.
Dans ce sac ridicule où Scapin s’enveloppe,
Je ne reconnais plus l’auteur du Misanthrope.
NEDERLANDS
Le comique, ennemi des soupirs & des pleurs,
N’admet point en ses vers de tragiques douleurs;
Mais son emploi n’est pas d’aller, dans une place,
De mots sales & bas charmer la populace.
NEDERLANDS
Il faut que ses acteurs badinent noblement;
Que son noeud bien formé se dénoue aisément;
Que l’action, marchant où la raison la guide,
Ne se perde jamais dans une scène vide;
Que son style humble & doux se relève à propos;
Que ses discours, partout fertiles en bons mots,
Soient pleins de passions finement maniées,
Et les scènes toujours l’une à l’autre liées.
NEDERLANDS
Aux dépens du bon sens gardez de plaisanter
Jamais de la nature il ne faut s’écarter.
Contemplez de quel air un père, dans Térence,
Vient d’un fils amoureux gourmander l’imprudence;
De quel air cet amant écoute ses leçons
Et court chez sa maîtresse oublier ces chansons.
Ce n’est pas un portrait, une image semblable,
C’est un amant, un fils, un père véritable.
NEDERLANDS
J’aime sur le théâtre un agréable auteur
Qui, sans se diffamer aux yeux du spectateur,
Plaît par la raison seule, & jamais ne la choque.
Mais, pour un faux plaisant, à grossière équivoque,
Qui pour me divertir n’a que la saleté,
Qu’il s’en aille, s’il veut, sur deux tréteaux monté,
Amusant le Pont-Neuf de ses sornettes fades,
Aux laquais assemblés jouer ses mascarades.
NEDERLANDS
Continue

CHANT IV.

DANS Florence jadis vivoit un Medecin,
Savant hableur, dit-on, & célèbre assassin.
Lui seul y fit long-tems la publique misère.
Là le Fils orphelin lui redemande un Pere,
(5) Ici le Frere pleure un Frere empoisonné.

DE

DICHTKUNDE

VAN DEN HEERE

NICOLAAS BOILEAU
DESPRÉAUX.


VIERDE ZANG.

Welëer leefde in Florence een’ Dòctòr RABBELAAR,
Een Snorker naar de Kunst, en groote Moordenaar.
Hy was ’er lang de Bron der algemeene Plaagen.
Hier komt een Zoon, thans Wees, zyn’ Vader van hem vraagen.
(5) Dáár treurt een Broêr by ’t Lyk daar nòg ’t Vergif in woedt.
L’un meurt vuide de sang, l’autre plein de sené.
Le rhume à son aspect se change en pleuresie,
Et par lui la migraine est bien-tôt phrénesie.
Il quitte enfin la Ville, en tous lieux détesté.
(10) De tous ses Amis morts un seul Ami resté,
Le mène en sa maison de superbe structure.
C’étoit un riche Abbé, fou de l’Architecture.
De een sterft vol Séneblad, en d’ Ander zonder bloed.
Verkoudheid moet door hem een Zyde-Ontstéking baaren;
De Hoofdpyn weet hy ras met yle Koorts te paaren.
In ’t eind’ trekt hy van dáár, verfoeid van ’t Algemeen.
(10) Zyn Vrienden meest om hals, slechts één niet overleên
Ontvangt hem in zyn Huis, dat tròtsch en heerlyk bralde:
Het was een weeldrig Abt, die met de Bouwkunst malde.
Le médecin, d’abord, semble né dans cet art,
Déja de bâtimens parle comme Mansard.
(15) D’un salon, qu’on élève il condamne la face;
Au vestibule obscur il marque une autre place,
Approuve,, l’escalier tourné d’autre façon...
Son ami le conçoit, & mande son maçon.
Terstond schynt d’Esculaap als tòt die Kunst geteeld.
Hy toont reeds, als MANSARD, (a) hoe ’t Bouw-Erf word verdeeld.
(a) Voornaam Bouw-Meester.
(15) Aan d’onvoltooide Zaal word d’Ingang thans veröordeeld.
Het duister Vóórgebouw dient met meêr Licht bevoordeeld:
De slingze draai der Trap heeft rechts-om min’ gevaar.
Zyn Vriend, die ’t Stuk bevat, ontbied den Metselaar.
Le maçon vient, écoute, approuve & se corrige.
(20) Enfin, pour abréger un si plaisant prodige,
Notre assassin renonce à son art inhumain;
Et désormais, la règle & l’équerre à la main,
Laissant de Galien, la science suspecte,
De méchant, médecin devient bon architecte.
Hy komt, hoort-aan, keurt-goed, verbétert Op en Onder.
(20) In ’t einde, om kort te zyn in een zo kluchtig Wonder,
De Moordenaar ziet-af van zyne ontmenschte Kunst;
Erlangt door Winkelhaak en Maatstòk Roem en gunst:
En, door zich aan Galeen’s verdachte Kunst te onttrekken,
Kan dus d’onkundige Arts tòt kundig Bouw-Heer strekken.
(25) Son exemple est pour nous un précepte excellent.
Soyez plutôt maçon, si c’est votre talent,
Ouvrier estimé dans un art nécessaire,
Qu’écrivain du commun & poète vulgaire.
(25) Zyn voorbeeld is voor ons een treffelyke Leer’.
Wees liever Metselaar, als ’t U verstrèkt tot Eer’,
Roemwaardig Ambachtsman, en nutte Kunst-Verrichter,
Dan Schryver voor ’t Gemeen, en laffe Beuzel-Dichter.
Il est dans tout autre art des degrés différens,
(30) On peut avec honneur remplir les seconds rangs;
Mais, dans l’art dangereux de rimer & d’écrire,
Il n’est point de degrés du médiocre au pire;
Qui dit froid écrivain dit détestable auteur...
Boyer est à; Pinchêne, égal pour le lecteur;
(35) On ne lit guère plus Rampale & Mesnardière,
Que Magnon, du Souhait, Corbin & La Morlière.
In and’re Kunsten word verschil van Trap geleên: (b)
(b) HORATIUS de Arte Poët. Vers. 368.
(30) Met Roem kan elk daarïn de tweede Plaats bekleên;
Maar in ’t gevaarlyk Ampt van schryven en van dichten,
Moet Tamelyk en Slecht op ’t zelfde Voetspoor zwichten.
In Vaerzen word vooräll’ geen Middelmaat geduld:
De Leezer is alöm daarvoor met schrik vervuld;
(35) Men hoort de Winkels zelfs zich van dien Last beklaagen;
En ’t is met wéderzin dat hen de Balken schraagen.
Un fou du moins fait rire & peut nous égayer;
Mais un froid écrivain ne sait rien qu’ennuyer.
J’aime mieux Bergerac, & sa burlesque audace
(40) Que ces vers où Motin se morfond & nous glace.
Een Snaak wekt ons ten minste, al lagchende, tòt Vreugd:
Maar koel en smaakloos Schrift baart niets dan Ongeneugt’.
’k Lees liever BERGERAC, vol stoute en Snaakse Streeken,
(40) Dan ’t Werk waarïn MOTIN verkleumd, en wy verbleeken.
Ne vous enivrez point des éloges flatteurs,
Qu’un amas quelquefois de vains admirateurs
Vous donne en ces réduits, prompts à crier merveille.
Tel écrit récité se soutint à l’oreille,
Qui, dans l’impression au grand jour se montrant,
Ne soutient pas des yeux le regard pénétrant.
On sait de cent auteurs l’aventure tragique :
Et Gombauts tant loué garde encor la boutique.
Bedwelmt Uw harsens nooit door d’ opgeblaazenheid,
Als een onnutte hoop Verwonderaars U vleit;
Die, in Byëenkomst, ras ’t ô Wonder! U doen hooren.
Een Dicht, wèl opgezegd, kan streelen en bekooren,
(45) Dat door den Druk daarnaa vertoond in ’t helder Licht,
Geen stand houd, maar vervalt voor ’t scherpdoorziend Gezicht.
Men weet van Honderden het treurig Wedervaaren:
GOMBAUT, zoo zeer geroemd, moet ’s Drukker’s Huis bewaaren.
Ecoutez tout le monde, assidu consultant.
Un fat, quelquefois, ouvre un avis important.
Quelques vers toutefois qu’Apollon vous inspire,
En tous lieux aussitôt ne courez pas les lire.
Hoort ieder’s oordeel aan; pleegt raad ten allen tyd’:
(50) Somtyds ontdekt een Zôt iets, dat tòt nut gedydt.
Hoe schoon een Vaers U zy door Phébus ingegeeven,
Wilt èchter niet alöm daarméde rond gaan streeven:
Gardez-vous d’imiter ce rimeur furieux
Qui, de ses vains écrits lecteur harmonieux,
Aborde en récitant quiconque le salue
Et poursuit de ses vers les passants dans la rue.
Il n’est temple si saint, des anges respecté,
Qui soit contre sa Muse un lieu de sûreté.
Je vous l’ai déjà dit, aimez qu’on vous censure,
Et, souple à la raison, corrigez sans murmure.
Betreed den Dwaalweg niet van dien verdoolden Geest,
Die met welluidendheid zyne yd’le Schriften Leest,
(55) Al rymende genaakt den Geenen die hem groeten,
En met zyn Vaerzen vòlgt wie hem op Straat ontmoeten:
In ’t heilig Tempel-Choor, van d’ Eng’len-zelv’ ontzien,
Kunt ge ongemoeid en vry zyn Zangster niet ontvliên.
Ik heb ’t U reeds gezegd, bemint de Wéderlegging.
(60) Beschaaft als ’t Réden eischt, en zonder Tégenzegging.
Mais ne vous rendez pas dès qu’un sot vous reprend.
Souvent, dans son orgueil, un subtil ignorant
Par d’injustes dégoûts combat toute une pièce,
Blâme des plus beaux vers la noble hardiesse.
On a beau réfuter ses vains raisonnements,
Son esprit se complaît dans ses faux jugements;
Et sa faible raison, de clarté dépourvue,
Pense que rien n’échappe à sa débile vue.
Ses conseils sont à craindre; &, si vous les croyez,
Pensant fuir un écueil, souvent vous vous noyez.
Dòch stemt terstond niet toe der Zòtten Vittery.
Vaak zal een domme Kwast, vol Waan en Hovaardy,
Door vieze Smaakloosheên, het gantsche Dichtstuk wraaken;
De stoute en eed’le Zwier der fraaiste Vaerzen laaken.
(65) Vergeefsch weêrlègt men staâg zyne yd’le en zòtte Reên:
Zyn Geest verlustigt zich in zyn Spitsvindigheên;
En zyn te zwak Verstand met duisterheid omtoogen,
Denkt, dat ’er niets ontglipt aan zyn benévelde oogen.
Zyn raad is vol gevaar; en toont ge u straks gedwee,
(70) Terwyl ge een’ Klip ontvlugt, verdrinkt ge in volle Zee.
Faites choix d’un censeur solide & salutaire,
Que la raison conduise & le savoir éclaire,
Et dont le crayon sûr d’abord aille chercher
L’endroit que l’on sent faible, & qu’on se veut cacher.
Lui seul éclaircira vos doutes ridicules,
De votre esprit tremblant lèvera les scrupules.
Kiest tot Uw’ Keurder dan een’ Man die bondig oordeelt,
Door ’t Réden-Licht geleid, met Weetenschap bevoordeeld,
En wiens doordringend Oog terstond de Plaatze ontmoet,
Die, om haar krachtloosheid, de Schaamte U dèkken doet.
(75) Hy zal Uw’ Twyfelmoed weêrlèggen en verlichten:
d’Angstvalligheid en Vrees voor zyn Betoog doen zwichten.
C’est lui qui vous dira par quel transport heureux
Quelquefois, dans sa course, un esprit vigoureux,
Trop resserré par l’art, sort des règles prescrites,
Et de l’art même apprend à franchir leurs limites.
Mais ce parfait censeur se trouve rarement
Tel excelle à rimer qui juge sottement;
Tel s’est fait par ses vers distinguer dans la ville,
Qui jamais de Lucain n’a distingué Virgile.
Déze is ’t die toonen zal, door welk verrukkend Vuur,
Een wakk’re Geeest bywyl, in zyn gelukkig Uur,
Door Kunst te veel geprangd, treed buiten haar Bepèrking,
(80) En dézen Overstap zelfs leert door Kunst-bewèrking.
Dòch vind gy zulk een’ Man, ’t is een gelukkig Lót.
Ligt maakt hy ’t eêlste Vaers die oordeelt als een Zòt.
Zo zag men ’s DICHTER’s (a) Lòf door gansch Parys verbreiden.
[(a) De Heer CORNEILLE, den Oudsten.]
Die nooit LUCANUS wist van MARO te onderscheiden.
Auteurs, prêtez l’oreille à mes instructions.
Voulez-vous faire aimer vos riches fictions?
Qu’en savantes leçons votre Muse fertile
Partout joigne au plaisant le solide & l’utile.
Un lecteur sage fuit un vain amusement
Et veut mettre profit à son divertissement.
(85) Gy, Schryvers, geeft gehoor aan ’t vòlgende Onderwys.
Zo ge om Uw Vindingen bedoelt den hoogsten Prys,
Dan zy Uw’ Nimph gespitst oop ’t Leerzaam’ en ’t Vermaaklyk’, (b)
[(b) HORATIUS, de Arte Poët. Vers 343.]
En voeg’ de Cierlykheid aan ’t Bondig’ ’t Nut’ en ’t Zaaklyk’.
Een deugdzaam Leezer vlugt het ydel Tydverdryf,
(90) En zoekt in zyn Vermaak zyn Voordeel en Geryf.
Que votre âme & vos moeurs, peintes dans vos ouvrages,
N’offrent jamais de vous que de nobles images.
le ne puis estimer ces dangereux auteurs
Qui de l’honneur, en vers, infâmes déserteurs,
Trahissant la vertu sur un papier coupable,
Aux yeux de leurs lecteurs rendent le vice aimable.
Doet in Uw Wèrken dus Uw Ziel en Zéden leeven,
Dat ze ons van U gestaâg een treflyk Denkbeeld geeven.
’t Gevaarlyk Schryvers-ròt verächtte ik van myn Jeugd,
Die in een strafbaar Schrift, verraadende de Deugd,
(95) Door ongebondenheid hunne Eer en Pligt verzaaken,
En in des Leezer’s Oog ’t Misdryf beminlyk maaken.
Je ne suis pas pourtant de ces tristes esprits
Qui, bannissant l’amour de tous chastes écrits,
D’un si riche ornement veulent priver la scène,
Traitent d’empoisonneurs & Rodrigue & Chimène...
L’amour le moins honnête, exprimé chastement,
N’excite point en nous de honteux mouvement.
Dòch ’k ben niet van die Liên, vol treurige Ergernis,
Die, bannende de Liefde uit all’ wat eerbaar is,
Dit ryk een eêl Cieraad op Schouw-Toneelen doemen:
(100) RODRIGO met CHIMEEN’ twee Gif-verspreiders noemen.
’t Aanstootlykst Min-Geval, betaamlyk vóórgestèld,
Verwekt in ’s Menschen Ziel’ geen schandig Min-Gewèld.
Didon a beau gémir & m’étaler ses charmes,
Je condamne sa faute en partageant ses larmes.
Hoe Dido zucht en vleit, om ’t Liefde-Spoor te baanen,
’k Veröordeel haar Misdryf, al deel ik in haar Traanen.
Un auteur vertueux, dans ses vers innocents,
Ne corrompt point le coeur en chatouillant les sens
Son feu n’allume point de criminelle flamme.
Aimez donc la vertu, nourrissez-en votre âme.
En vain l’esprit est plein d’une noble vigueur,
Le vers se sent toujours des bassesses du coeur.
(105) Een Dichter, wiens Geschrift zyn Deugdzaamheid verbeeld,
Verleid de harten niet, schoon hy de Zinnen streelt:
Zyn Dichtvuur doet de vlam der Liefde-Drift niet woeden.
Bemint dan steeds de Deugd, wilt hier Uw Ziel meê voeden:
Vergeefsch is ’t vlug Verstand vol vuur en eed’len Gloed;
(110) Het Vaers draagt altoos ’t Merk van ’s Dichters laag Gemoed.
Fuyez surtout, fuyez ces basses jalousies,
Des vulgaires esprits malignes frénésies.
Un sublime écrivain n’en peut être infecté;
C’est un vice qui suit la médiocrité.
Vlugt tòch vooräll’ de Drift dier laage Afgunstighéden,
’t Kwaadäartdig Harsen-Spook van Mènschen zonder réden:
De waare Uitmuntendheid wierd nooit hiermeê gekwèlt.
Déze Ondeugd is ’t die steeds de Bastäart-Kunst verzèlt.
Du mérite éclatant cette sombre rivale
Contre lui chez les grands incessamment cabale,
Et, sur les pieds en vain tâchant de se hausser,
Pour s’égaler à lui cherche à le rabaisser.
Ne descendons jamais dans ces lâches intrigues;
N’allons point à l’honneur par de honteuses brigues.
(115) Die norsche en looze Simm’ der hoogst-begaafde Mannen,
Weet tégen hen gestaâg by Grooten t’zaam te spannen,
En op haar Teenen zich verhoogende met pyn,
Verlaagt ze een’ eed’ler Geest, om Hem gelyk te zyn.
Vernédert U dan nooit tòt dézen laffen Handel.
(120) Zoekt nimmer d’Eere-kroon door Eervergeeten Wandel.
Que les vers ne soient pas votre éternel emploi;
Cultivez vos amis, soyez homme de foi :
C’est peu d’être agréable & charmant dans un livre,
Il faut savoir encor & converser & vivre.
Maakt van den Zangberg niet Uw eeuwig Lust-Verblyf:
Kweekt Vrienden, weest getrouw, smaakt vrolyk Tydverdryf:
’t Voldoet niet, door een Boek zich aangenaam te maaken;
Men moet ook ’t heuchlyk Zoet der t’ Zaamenleeving smaaken.
Travaillez pour la gloire, & qu’un sordide gain
Ne soit jamais l’objet d’un illustre écrivain.
(125) Werkt om de Lauwerkroon: geen Slaafsche Winst zy ’t Wit
Van een roemruchtig Man, die ’t merg der Kunst bezit.
Je sais qu’un noble esprit peut, sans honte & sans crime,
Tirer de son travail un tribut légitime;
Mais je ne puis souffrir ces auteurs renommés,
Qui, dégoûtés de gloire & d’argent affamés,
Mettent leur Apollon aux gages d’un libraire
Et font d’un art divin un métier mercenaire.
’k Weet, dat een eed’le Geest zyne Eer niet zal bevlekken,
Schoon hy ’t gerechtig Loon wil van zyn’ arbeid trekken:
Maar ’k zie met Ziels-verdriet een roemryk Lètter-Held, (a)
[(a) De grooten CORNEILLE.]
(130) Die, walgende van d’Eere, en hongerig naar ’t Geld,
APÒLL’ een Huurling maakt der Boekverkooperyë,
En dus een Hémelkunst verneêrt tot slaavernyë.
Avant que la raison, s’expliquant par la voix,
Eût instruit les humains, eût enseigné des lois,
Tous les hommes suivaient la grossière nature,
Dispersés dans les bois couraient à la pâture.
La force tenait lieu de droit & d’équité;
Le meurtre s’exerçait avec impunité.
Eer ’t Rédenlicht den Mensch door Leering had beschaafd,
Tot Régeltucht gebragt, de Wetten had gestaafd,
(135) Liet enkel door Natuur het Menschdom zich geleiden;
In ’t aak’lig Woud verspreid, ging ’t als ’t Gedierte weiden.
De Sterkte gold in plaats van Billykheid en Recht:
De Doodslag wierd begaan, geen Doodstraf opgelegd:
Mais du discours enfin l’harmonieuse adresse
De ces sauvages moeurs adoucit la rudesse,
Rassembla les humains dans les forêts épars,
Enferma les cités de murs & de remparts,
De l’aspect du supplice effraya l’insolence,
Et sous l’appui des lois mit la faible innocence.
Cet ordre fut, dit-on, le fruit des premiers vers.
Tòt eindelyk ’t Vertoog, welluidend en vol réden,
(140) Dien woesten Aart bewoog tòt Régeltucht en Zéden;
De Menschen allerweeg’ vergaârde uit Bosch en Dal,
Hunn’ Wooningen besloot met Muuren en een’ Wal;
Den snooden Moetwil deed op ’t zien der Straffe beeven.
En zwakke Onnozelheid de Wet tòt Steunsel geeven.
(145) Deez’ Schikking, zegt men, was der eerste Vaerzen Vrucht.
De là sont nés ces bruits reçus dans l’univers,
Qu’aux accents dont Orphée emplit les monts de Thrace,
Les tigres amollis dépouillaient leur audace;
Qu’aux accords d’Amphion les pierres se mouvaient,
Et sur les monts thébains en ordre s’élevaient.
L’harmonie en naissant produisit ces miracles.
Hiervan verspreidde zich door ’t groot Heel-Al ’t Gerucht,
Dat ORPHEUS door ’t geluit van zyn verhéven Snaaren,
In ’t Traçische Gebergt’ de Tygers deed bedaaren: (b)
[(b) HORATIUS, de Arte Poët. Vers. 391.]
Dat door AMPHIONS Lier en zuiv’ren Hémelval,
(150) De Steen vanzelv’ zich voerde en schikte op Thébe’s Wal.
Depuis, le Ciel en vers fit parler les oracles;
Du sein d’un prêtre, ému d’une divine horreur,
Apollon par des vers exhala sa fureur.
Bientôt, ressuscitant les héros des vieux âges,
Homère aux grands exploits anima les courages.
De GÒDSPRAAK zag men sints in Dicht haar Wille ontléden;
Uit ’s Priesters Borst, vervuld met Hémelvuur en kracht,
Wierd God Apòllo’s Drift in Vaerzen vóórtgebragt.
(155) HOMEER deed kort daarnaa weêr d’oude Hèlden leeven,
Hésiode à son tour, par d’utiles leçons,
Des champs trop paresseux vint hâter les moissons.
En mine écrits fameux la sagesse tracée
Fut, à l’aide des vers, aux mortels annoncée;
Et partout, des esprits ses préceptes vainqueurs,
Introduits par l’oreille, entrèrent dans les coeurs.
Dus wròcht het MAATGELUIT terstond al Wonderhéden.

En hunnen strydb’ren Moed in ’s Nâneef’s aad’ren zweeven.
Ook zong HESIODUS, tòt nut van d’Akkerliên,
Hoe ’t Veld, te traag van Aart, een’ vroegen Oogst kan biên.
De Wysheid in Geschrift op ’t heerlykst vóórgedraagen,
(160) Wierd dus, door hulp van ’t Vaers, des Sterv’ling’s wèlbehaagen.
En haare Régeltucht Verwinster van ’t Verstand,
Ontvangen door ’t Gehoor, wierd in ’t Gemoed geplant.
Pour tant d’heureux bienfaits, les Muses révérées
Furent d’un juste encens dans la Grèce honorées;
Et leur art, attirant le culte des mortels,
A sa gloire en cent lieux vit dresser des autels.
Voor zo veel Heilgenòt zag elk de Zang-Godinnen
Met welverdiend Gejuich in Griekenland beminnen;
(165) Haar Kunst, die ’t Menschdom vaak bevallig had verlicht,
Zag tòt haar Hulde alöm Altaaren opgericht.
Maar d’Armoê deed in ’t eind’, door ’t Laag-Bestaan te kiezen,
Den Zangberg d’eerste Roem en Edelheid verliezen.
Mais enfin l’indigence amenant la bassesse,
Le Parnasse oublia sa première noblesse;
Un vil amour du gain, infestant les esprits,
De mensonges grossiers souilla tous les écrits,
Et partout, enfantant mille ouvrages frivoles,
Trafiqua du discours & vendit les paroles.
De grétigheid naar Winst, toen d’algemeene Kwaal,
(170) Bezoedelde Aller Styl met plompe Logentaal;
Deed talloos Prulgeschrift door laage Geesten schryven,
En hen in Beuzelreên en Woorden Handel dryven.
Bevlekt Uw’ Eernaam niet met een zo laag Gebrek.
Ne vous flétrissez point par, un vice si bas.
Si l’or seul a pour vous d’invincibles appas,
Fuyez ces lieux charmants qu’arrose le Perinesse
Ce n’est point sur ses bords qu’habite la richesse.
Aux plus savants auteurs, comme aux plus grands guerriers,
Apollon ne promet qu’un nom & des lauriers.
Hebt gy voor ’t Goud-alleen een onweêrstaanb’re trek,
(175) Vlugt dan Permessus Stroom en zyn bevallige Oorden:
De Rykdom huisvest niet aan die bebloemde Boorden.
Zowèl aan ’t Dicht-pinçeel, als aan de Krygs-Banier,
Belooft Apòllo slechts een’ Eernaam en Laurier.
Mais quoi! dans la disette une muse affamée
Ne peut pas, dira-t-on, subsister de fumée!,
Un auteur qui, pressé d’un besoin importun,
Le soir entend crier ses entrailles à jeun,
Goûte peu d’Hélicon les douces promenades!
Horace a bu son soûl quand il voit les Ménades;
Et, libre du souci qui trouble Colletet,
N’attend pas pour dîner le succès d’un sonnet! »
Maar hoe? een Zangerès, door honger áángedréven,
(180) Kan, zegt men, in ’t Gebrek, van rook en wind niet leeven:
Een Dichter, wien gestaâg, geprangd door bitt’ren Nood,
Het nuchter Ingewand des Avonds schreeuwt om brood,
Doorkruist met weinig vreugd des Zangberg’s Wandelingen:
Een FLACCUS is verzaad als hy zich zet tòt zingen; (a)
[(a) JUVENAL. Sat. VII. Vers. 59.]
(185) En, van de Zòrg bevrydt die CÒLLETÈT staâg drukt,
Snakt niet naar ’t Middagmaal als ’t Klink-Dicht hem mislukt.
Il est vrai : mais enfin cette affreuse disgrâce
Rarement parmi nous afflige le Parnasse.
Et que craindre en ce siècle, où toujours les beaux-arts
D’un astre favorable éprouvent les regards,
Où d’un prince éclairé la sage prévoyance
Fait partout au mérite ignorer l’indigence?
’t Is waar: Maar évenwèl, déze angstige Verdrukking
Stoort zèlden hier te Land der Dicht’ren Geestverrukking.
En waaröm tòch gevreest in d’ Eeuw, daar d’eed’le Kunst
(190) Een’ Vòrst tòt Leid-star heeft, die haar bestraalt met gunst;
Wiens hoogverlichte Geest tòt wèldoen zo gewènd is,
Dat aan de Weetenschap de Nooddruft onbekènd is?
Musez, dictez sa gloire à tous vos nourrissons;
Son nom vaut mieux pour eux que toutes vos leçons.
Gy, Zangsters! schryft zyn Roem Uw’ Voedsterlingen vóór:
Zyn Naam, meer dan Uw Kunst, geeft Stòffe aan ’t Dicht’ren-Choor.
Que Corneille, pour lui rallumant son audace,
Soit encor le Corneille & du Cid & d’Horace;
Que Racine, enfantant des miracles nouveaux,
De ses héros sur lui forme tous les tableaux;
Que de son nom, chanté par la bouche des belles,
Benserade, en tous lieux amuse les ruelles;
Que Segrais, dans l’églogue, en charme les forêts;
Que pour lui l’épigramme aiguise tous ses traits.
(195) CORNEILLE ontvonk’ voor Hem, als in den CID, zyn Yver,
Zy van HORATIUS nòg d’eed’le en groote Schryver.
RACINE vòrme op Hem het édel Hèldental,
Dat hy, vol Wonderheên, nòg naamaals toonen zal.
Zyn Naam, steeds vloeijende van Jufferlyke Tongen,
(200) Door BENSERADE’s vlyt, worde op ’t Bezoek gezongen.
SEGRAIS, in ’t VELD-GEDICHT, bekoor’ het Woud daarmeê.
Het Punt-Dicht scherp’ zyn Schicht voor Hem ook wèl ter Sneê.<
Mais quel heureux auteur, dans une autre Enéide,
Aux bords du Rhin tremblant conduira cet Alcide?
Quelle savante lyre, au bruit de ses exploits,
Fera marcher encor les rochers & les bois;
Chantera le Batave, éperdu dans l’orage,
Soi-même se noyant pour sortir du naufrage;
Dira les bataillons sous Mastrich enterrés,
Dans ces affreux assauts du soleil éclairés?
Maar wie zal thans zyn’ Roem, op MARO’s Trant, verbreiden
En dien Alçides langs d’ontstèlden Rhyn geleiden?
(205) Welk een verhéven Lier zal, op zyn Hèldendaân,
De Boschen en ’t Gebergte op nieuw ten Reij’ doen gaan:
Ons zingen Bato’s Kroost door een Orkaan aan ’t zinken,
Daar ze, om ’t gevaar te ontvliên, zich weereloos verdrinken: (a)
[(a) De Geschiedenissen waaröp de Heer BOILEAU hier doelt, zyn onzen Vaderlanderen te wèl bekènd, om te vreezen, dat de praalende vóórstelling welke de Heer BOILEAU ’er hier van doet, eenigen kwaaden Indruk op onze Landgenooten zoude maaken. Men gelieve slechts te overweegen, dat hier een Dichter en Gunsteling van LODEWYK de XIVde spreekt.]
Ons maalen Drom op Drom, begraven voor Maastricht,
(210) In ’t yslyk Stòrmgevaar bestraald van ’t Zonnelicht?
    Mais, tandis que je parle, une gloire nouvelle
Vers ce vainqueur rapide aux Alpes vous appelle.
Déjà Dôle & Salins sous le joug Ont ployé;
Besançon fume encor sur son roc foudroyé.
Maar zacht! terwyl ik spreek trekt reeds déze Overwinner
Verheerlykt d’Alpen op, en lòkt U, Kunst-Beminner:
DOLE is reeds overheerd, SALYNS niet meer zo tròtsch:
Alsnòg smeult BEZAN‚ON, gebliksemd op haar Ròts.
Où sont ces grands guerriers dont les fatales ligues
Devaient à ce trajet opposer tant de digues?
Est-ce encore en fuyant qu’ils pensent l’arrêter,
Fiers du honteux honneur d’avoir su l’éviter?
Que de remparts détruits! Que de villes forcées!
(220) Que de moissons de gloire en courant amassées!
(215) Waar is nu ’t Hèldental, wier dapp’re t’Zaamenzweering
Dien Vloed wel stuiten zou door Dyk en Waterkeering?
Is ’t nu slechts vlugtende dat zy hem weêrstand biên,
Tròtsch op de schendige Eer van zynen Loop te ontvliên?
Wat Vèstingen vernield! Wat Stéden ingenomen!
(220) Wat Oogst van Hèlden-Roem al gaandewèg bekomen!
    Auteurs, pour les chanter, redoublez vos transports
Le sujet ne veut pas de vulgaires efforts.
    Gy, Dicht’ren, gantsch verrukt, zingt déze Stòffe om stryd:
Het Onderwèrp eischt meer dan een gemeene Vlyt.
    Pour moi, qui, jusqu’ici nourri dans la Satire,
N’ose encor manier la Trompette & la Lyre,
(225) Vous me verrez pourtant, dans ce champ glorieux,
Vous animer du moins de la voix & des yeux;
Vous offrir ces leçons que ma Muse au Parnasse
Rapporta, jeune encor, du commerce d’Horace;
Seconder votre ardeur, échauffer vos Esprits,
(230) Et vous montrer de loin la couronne & le prix.
Voor my, tòt-nu gewoon in ’t SCHIMP-GEDICHT te spreeken,
’k Durf nòg de LIER niet slaan, nòch KRYGS-TROMPÈTTEN steeken:
(225) Verwacht des niettemin, in dit Roemruchtig Perk,
Dat ik met Stem en Oog ten minste Uw Lust vertrèrk’;
U déze LESSEN biê, die ’k jong, ten Zangberg leerde,
Toen met HORATIUS myn Zang-Nimph staâg verkeerde;
Uw’ Yver ondersteune, Uw’ Geest ontsteeke in Gloed,
(230) En U van verre toon’ den Prys van Lauwerhoed.
Mais aussi pardonnez si, plein de ce beau zèle,
De tous vos pas fameux observateur fidèle,
Quelquefois du bon or je sépare le faux;
Et des Auteurs grossiers j’attaque les défaux:
(235) Censeur un peu fâcheux, mais souvent nécessaire,
Plus enclin à blâmer, que savant à bien faire.
Hieröm vergeeft my dan, zo ’k, vol van eed’len Yver,
Op ’t Roemryk Lètter-Spoor betrachtende ieder Schryver,
Het zuiver Goud somtyds van ’t Nâgebootste schift’
En plompe Rymelaars berispe in ’t Hékel-Schrift.
(235) ’k Ben lastig, dòch tòt nut: In Kunst-Bespiegelingen
Bekwaamer tòt Bedil dan tòt Verbéteringen.

EINDE DER DICHTKUNDE.
Continue